La CFTC-intérim est depuis plusieurs années engagée dans de multiples actions pour faire respecter l’égalité de traitement entre les salariés intérimaires et les salariés permanents des entreprises utilisatrices : 13e mois des intérimaires, primes défiscalisée dites Macron et autres primes...

À la CFTC-intérim, ces actions se déroulent toujours d’abord par une phase de dialogue. Mais lorsque cela ne suffit pas, c’est devant les juridictions qu’elles s’achèvent, civiles et/ou pénales.

Dans la même lignée, nous intervenons actuellement également sur le sujet scandaleux de l’écartement des aides-soignant(e)s et infirmier(ère)s intérimaires des primes dites « covid » lors des saturations des services hospitaliers du printemps 2020. Cette fois-ci, ce n’est pas une entreprise utilisatrice qui est en cause, mais l’État lui-même à travers un choix éminemment contestable constitutionnellement ! Voir à ce sujet l’expression de la Présidente de la CFTC-intérim dans un court extrait d’un reportage France 2 du 15/12/2020 :

Source : Court extrait d’un reportage France 2 du journal télévisé de 20h du 15/12/2020

Note : pour voir le reportage dans son ensemble et par respect des droits d’auteur, merci de le consulter directement sur le site de France 2 à https://www.francetvinfo.fr/sante/m...


Voir aussi :
- notre article précédent, sur le suivi de la 2nde phase au fond pour la mise en paiement des primes défiscalisées par les entreprises de travail temporaire ;
- notre article précédent, qui explique les bases juridiques du principes d’égalité de traitement des intérimaires, ainsi que les critères légaux de la prime défiscalisée ;
- un article du journal Le Monde du 22/03/2019, qui évoque notre présente opération collective syndicale CFTC-intérim pour le recouvrement des primes défiscalisées des salariés intérimaires.