Intérimaires CTT/CDII : Covid-19 / Les 12 revendications de la Section CFTC Manpower à la Direction Générale de Manpower France

La situation de pandémie COVID-19 met à mal l’entreprise Manpower mais aussi particulièrement l’ensemble des collaborateurs salariés intérimaires.
Nous portons les revendications suivantes pour la préservation de leur emploi, le maintien de leur pouvoir d’achat et de leur vie personnelle et familiale.

Santé, sécurité

1. Pour les collègues intérimaires qui continuent à être détachés pendant et après la période de confinement actuelle, nous demandons que les agences s’assurent :
- de la remise effective aux intérimaires des équipements de protections individuelle nécessaires pour se protéger du virus Covid19, : gans, masques, etc ;
- de l’effectivité des mesures de protection collectives : affichage des gestes barrière et adaptation de l’organisation du travail, désinfection des postes de travail et outils aux prises de poste, organisation respectant les distances de sécurité entre les salariés, savon et essuie-main jetable disponibles à tout moment, actualisation du documents uniques d’évaluation des risques des entreprises utilisatrices, etc.

2. La diffusion à tous les intérimaires détachés :
- d’un guide d’auto-analyse santé-sécurité de son poste de travail ;
- des modalités de déclaration auprès de l’agence et de prise en compte effective des non-conformités santé-sécurité des postes de travail, ainsi que les modalités d’intervention de l’agence pour les résoudre ;
- des modalités de mise en pratique du droit de retrait, le temps d’intervention de l’agence et de remise en santé-sécurité des postes de travail ;
- contact hebdomadaire de l’agence avec chaque intérimaire en mission.

3. Une information sur les droits à arrêt de travail en cas de maladie ou l’intérimaire ou lorsque lui-même ou un proche qu’il côtoie est une personne vulnérable à risque.

4. La mise en place de consignes aux agences pour accompagner efficacement les déclarations d’arrêts maladie/travail et leur transmission immédiate à la sécurité sociale (amélie.fr), afin de permettre aux salariés intérimaires et à leur famille de percevoir sans retard les IJSS leur permettant de continuer à se nourrir eux et leur famille.

Exécution du contrat de travail

5. L’évitement des détachements en zones infectieuses et la mise en place d’une prime spécifique Manpower pour les missions d’activités économiques prioritaires nécessaires à l’intérêt général qui nécessiteraient des détachements dans ces zones, où une telle prime n’est pas déjà versée aux intérimaires en application du principe d’égalité de traitement.

6. La non-activation de la souplesse et le maintien des missions au terme des contrats dans les entreprises utilisatrices qui interrompent les missions, et l’activation du dispositif de chômage partiel (qu’il soit dû au titre de l’égalité de traitement, ou bien mis en place à l’initiative de Manpower).

7. Le maintien des conditions contractuelles de la mission, lorsque l’agence ne prévient pas l’intérimaire de l’activation du chômage partiel.

8. Pour les CDII : l’arrêt des poses de CP forcées, obligeant l’intérimaire à se manifester à son agence et de subir des pressions pour lever ce forcement unilatéral et illégal de pose de CP, et alors même que l’intérimaire n’est pas toujours prévenu par courriel !

9. L’arrêt des pressions illégales contre les intérimaires en mission, afin qu’ils demandent des congés garde d’enfant.

10. La rémunération des temps et frais de déplacements à plus de 50km du domicile (que par ailleurs les intérimaires CTT et CDII sont en droit de refuser).

11. L’intervention de Manpower auprès des entreprises utilisatrices, afin qu’une priorité d’embauche et de mission soit proposée aux intérimaires mis sur le carreau pendant des périodes de fermeture d’activité.

12. L’information des intérimaires en télétravail sur leurs droits et l’adaptation spécifique à ce mode d’organisation (modalité de prise en charge des repas et frais spécifiques, déclaration des accidents du travail, etc).


À propos des RTT et CP imposés

La pratique Manpower sur les CP des intérimaires est totalement illégale (voir ci-dessus nos revendications de mettre fin à ces pratiques), puisqu’elle consiste à poser les CP de l’intérimaire non seulement unilatéralement ce qui est illégal, mais souvent sans le prévenir même par courriel. À charge de l’intérimaire, selon Manpower, de se manifester auprès de l’agence s’il ne consent pas à cette pose de CP (qui n’en est pas une). Lorsque que pour un intérimaire en CTT il reste des CP en fin de mission, ils doivent lui être rémunérés conformément à la loi. Si l’intérimaire est en CDII, les CP doivent simplement être positionnés d’un commun accord, selon les période de pose et de prise de congés comme pour tout salarié.

Concernant les CP, à ce stade des décrets d’urgence sanitaire publiés par le gouvernement, seul un accord conventionnel peut permettre à l’employeur d’en imposer une semaine unilatéralement. Tel n’est pas le cas à ce jour chez Manpower, qui en l’état, à ce jour, ne peut rien imposer.
À savoir, une discussion doit s’engager en branche sur le sujet ces prochains jours : nous vous tiendrons au courant, sachant que nous demandons que si mesure d’assouplissement il y a, elle soit conditionnée par de stricts critères financiers (voir remarque ci-avant la disponibilité gigantesque de plus de 1 milliards d’euros de capitaux propres chez Manpower France).


À propos du chômage partiel

Les manageurs commencent à annoncer à des salariés intérimaires leur mise en chômage partiel. Ce sujet génère de nombreuses questions, auxquelles nous répondons dans un article dédié au sujet : https://www.cftc-manpower.fr/actual...


À propos des tickets restaurants

Les agences ont pour consigne de ne plus distribuer de tickets-restaurant, puisque les salariés permanents travaillent quasi-exclusivement en télétravail pendant la période de confinement. Sauf dans le cas où ces tickets sont commandés et remis directement par l’entreprise utilisatrice, les intérimaires en mission bénéficient d’un versement en argent avec leur paie (rubrique 284 « IND COMPEN TR »), qui correspond à la part patronale des tickets-restaurant qui auraient dû leur être remis.


Des difficultés au travail, des problèmes de santé : ne restez pas seuls avec et faites-vous aider

Si avec votre agence ou dans votre entreprise utilisatrice, des tensions s’installent, vos interlocuteurs CFTC les plus proches sont à votre écoute ! Vous trouverez les coordonnées de nos militants coordinateurs sur notre site internet : https://www.cftc-manpower.fr/zone-p...

Pour rappel, le FASTT met à disposition des salariés intérimaires un service de téléconsultation médicale, par l’entremise de l’opérateur Medaviz.
N’hésitez pas en cas de problème de santé à créer votre compte sur https://www.fastt.org/la-teleconsul... et à joindre ce service de téléconsultation médicale mis à notre disposition, joignable 7 jours /7 et 24h /24.

De manière générale, tout assuré, quel que soit son lieu de résidence, et tout médecin, quelle que soit sa spécialité, peut vous assister via la téléconsultation.
Si votre médecin traitant n’y a pas recours, toute personne exposée au coronavirus peut passer par n’importe quel autre professionnel utilisant la téléconsultation, il sera remboursé de ses frais.

Également, le FASTT met à disposition de tous les intérimaire un service de soutien psychologique pour échanger sur nos difficultés, professionnelles ou personnelles. Ce sont des professionnels qui nous écoutent et nous conseillent en toute confidentialité, vous trouverez tous les renseignements utiles à https://www.interimairesprevoyance....
N’hésitez pas en cas de signe de « perturbation » à appeler au numéro 01 71 255 830 mis à notre disposition, joignable 7 jours /7 et 24h /24.


Voir aussi :
- notre article suivant, sur la manière de faire respecter ses droits à congés comme salarié intérimaire ou permanent Manpower, face à la gestion illégale pratiquée par l’employeur ;
- notre article suivant, sur la 2nde lettre ouverte au Président Manpower France, pour dénoncer la décision de la direction de ne pas respecter les droits des intérimaires en arrêt de travail, qui les place en extrême précarité ;
- notre article suivant, sur la protection par télétravail ou arrêt de travail des salariés vulnérables à risque, ainsi que la prévention des infections au travail ;
- notre article précédent sur la 1re lettre ouverte au Président de Manpower France, dans le contexte de la crise épidémique.