Négociation annuelle obligatoire (NAO) salariés permanents Manpower : unilatéralisme de la direction , pas de négociation

En règle générale, lorsque la Direction convie les Organisations Syndicales à une négociation, nous espérons tous qu’une ou plusieurs de nos propositions soient retenues. La négociation NAO de cette année a été nommée de « négociation atypique » par notre DRH, et s’est faite de façon unilatérale.

Propositions et demandes de la CFTC

Pour rappel la négociation s’est ouverte en début d’année. La situation Covid que nous connaissons a décalé la dernière réunion. La CFTC-intérim avait fait des propositions en termes :
- d’augmentation générale de tous salaires,
- de l’augmentation de la part patronale pour les tickets restaurants,
- de remboursement des frais de restauration dans la limite de 21€ le midi pour les salariés en déplacement professionnel,
- de prise en charge systématique des frais de parking pour l’ensemble des salariés,
- d’une participation de l’employeur de 2 jours par enfant malade,
- de prime anniversaire : instauration de paliers supplémentaires (tous les 5 ans) à partir de 10 ans d’ancienneté,
- d’un abondement du compte épargne temps (CET) pour les CDI/CDD aligné sur le régime de celui des intérimaires (8%),
- d’une revalorisation de la prime forfaitaire de travail du samedi à 90€,
- d’ouverture d’une négociation sur l’intéressement aux bénéfices de l’entreprise pour les salariés,
- d’un don des 2 heures prises pour la rentrée des classes,
- d’une indemnisation pour les salariés qui viennent à vélo à hauteur de 35€ par mois cumulables avec le remboursement transport en commun,
- d’un bonus ancienneté sous forme d’1 jour de congé (définitivement acquis) attribué par tranche de 5 ans d’ancienneté (ou monétisable).

La direction Manpower n’ajuste pas ses mesures en rapport à l’investissement des salariés permanents

Toutes les propositions et demandes de la CFTC ont certainement été lues, mais ont été tout simplement mises de côté pour ne conserver que la proposition de la Direction.
La Direction estime qu’elle a fait suffisamment d’efforts lors de la période du confinement et de l’après confinement : le maintien du salaire à 100% net pour les salariés permanents ayant été en chômage partiel (soit très peu de salariés permanents France entière), le maintien de tous les emplois en CDI, la possibilité de faire du télétravail (imposé dans des conditions déplorables), et bien sûr la mise en place de la Garantie Performance qui vous permettra de toucher 0,75 % de vos primes... seulement si nous atteignons les 2.8 milliards d’euros de chiffre d’affaire.

Vos efforts n’ont pas été valorisés, votre travail effectué dans des conditions difficiles n’a pas été pris en compte, votre souffrance n’est pas reconnue.

La direction refuse de compenser les pertes de prime, même lorsque celles-ci portent une dimension alimentaire

La CFTC-intérim, consciente des efforts de tous, a réitéré notre demande d’une augmentation générale, ainsi que le maintien de toutes les primes et la révision des objectifs individuels. Nous avons aussi insisté sur la perte des primes RN pour les SP, qui deviennent pour beaucoup d’entre nous « des primes alimentaires », les salariés permanents sont en souffrance car les arrêts des CDD, la démultiplication des procédures Covid Manpower ou des entreprises utilisatrices, l’ouverture des agences à 8h, la recherche de nouveaux clients, ainsi que tous les autres processus, font que les salariés permanents ne manquent pas de travail, malgré ce qu’en pense la Direction.

Manpowr France conserve néanmoins 1,2 milliard, au profit exclusif de l’actionnaire

Manpower France conserve néanmoins 1,2 milliards de réserves. Pour la CFTC, il est inacceptable que dans le contexte actuel, la direction Manpower consacre ces réserves exclusivement au profit de l’actionnaire Manpower holding.

Mesures de la direction Manpower :

- Mise en place de la garantie performance ;
- Versement de 100 % du net pour le chômage partiel des salariés permanents ;
- 250 promotions pour les salariés permanents en 2020 (18% pour les centres de service, 16 % pour le siège et les fonctions support, 66 % pour les Directions Régionales (agences...), ce qui représenterait une enveloppe d’environ 0,3% ; la date d’effet pour les promotions sera rétroactive au 1/7/2020 (salaire et promotion) avec régularisation (au lieu du 1/10/2020 initialement prévue) ;
- Suppression de l’augmentation individuelle qui était prévue (1.2 %) - aucune augmentation individuelle ;
- Garantie minimum de salaire annuel (fixe et variable) fixée à 23000 € par an (1769 € brut par mois / 13 mois) ;
- Tickets CESU restent à 400 € en gardant la même répartition 3/4 pour manpower, 1/4 pour les SP. 100 % prise en charge par MPW pour les salariés handicapés (RQTH) ;
- Pas de révisions d’objectifs individuels car la garantie performance est mise en place ;
- Fin du chômage partiel à fin septembre pour tous les SP sauf pour les personnes à risques.

La CFTC-Intérim n’est pas signataire d’un accord sur cette base.


Voir aussi notre article précédent sur la négociation annuelle des salaires en 2019 chez Manpower.