Le 5 décembre prochain, la direction et les syndicats débuteront la négociation sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC).

Pour la CFTC, anticiper les évolutions pour mieux – le moment venu – les gérer économiquement, socialement, humainement, c’est être pleinement responsable.

Dans le contexte actuel de mutations importantes et de forte
mobilité, après un plan social qui a laissé des traces durables dans l’entreprise, les représentants CFTC savent qu’anticiper, c’est donner aux salariés et à l’entreprise les meilleures chances de comprendre ce qui se joue en matière d’adaptation, et d’en maîtriser les effets sur notre travail. Encore méconnue et souvent controversée parce que détournée de son objectif initial (certaines entreprises en font un avant projet à un plan de licenciements), la GPEC est avant tout un outil d’anticipation qui peut concilier besoins de performance des entreprises et aspirations des salariés.

Une vraie GPEC a en effet comme principaux objectifs l’emploi pérenne dans l’entreprise, l’employabilité toujours plus grande des salariés dans et hors de l’entreprise et la recherche permanente de solutions alternatives au licenciement. La démarche CFTC en matière de GPEC est donc aujourd’hui doublement offensive :

- Inciter Manpower a articuler sa stratégie commerciale et sa gestion prévisionnelle à moyen et long terme des emplois et des compétences, c’est à dire axer l’action de l’entreprise autant sur les aspects sociaux que sur la recherche des gains de productivité.

- Rendre les salariés et leurs représentants acteurs de leur avenir professionnel et de la gouvernance d’entreprise.

L’accord ne doit pas se focaliser sur les forts potentiels, mais doit concerner tous les salariés. Il doit permettre d’améliorer la compétence et de reconnaître l’expérience. Ceci passe par l’établissement d’un lien avec le plan de formation et la réalisation des entretiens professionnels pour définir les besoins et les souhaits du salarié. Cet objectif implique également la mise en pratique du DIF, CIF, du bilan de compétences, de la VAE.

Dans les négociations qui vont s’ouvrir, nous assurerons comme à l’habitude notre rôle de partenaires pleinement responsables, afin d’assurer une totale réussite à ce projet nécessaire à la bonne marche de l’entreprise et au bien-être de ses salariés. Dés à présent, vos représentants CFTC sont aussi à votre écoute pour remonter vos remarques, suggestions et préoccupations à l’équipe en charge de cette négociation. Vous pouvez aussi bien sûr vous exprimer sur ce site comme à l’accoutumée.

Voir :
- Notre article postérieur sur les discussions GPEC ;
- Notre article antérieur sur la préparation des élections prud’hommales de décembre 2008.