Nous l’évoquions dans notre tract du 4 février dernier, et nos prévisions ne se sont pas faites attendre, puisque la même semaine, nous recevions la première opération de communication sur le futur siège, qui faisait suite à l’annonce officielle du déménagement vers Nanterre.

Cette annonce vous l’aviez découverte en 3e partie d’une communication de Françoise Gri, qui abordait dans un premier temps l’amende infligée par le Conseil de la Concurrence, puis les résultats 2008, et enfin le déménagement, principalement motivé par des raisons financières.

Concernant la communication du 4 février soit disant faite dans un engagement de transparence, nous n’y voyons que manipulation, dont vous n’avez pas non plus été dupes.

Car comment peut-on parler de transparence, alors que Madame la Présidente, dans son courriel du 1er octobre dernier, devait nous tenir informé des résultats de l’enquête lancée suite à l’annonce par un élu CFTC de la présence d’un site classé Seveso 2 seuil haut à proximité du futur siège ? Sur ce point pourtant essentiel, nous n’avons eu aucune réponse.

Comment parler de transparence, quand pas un mot n’est dit sur le problème de la désserte quasie exclusive du site par le RER A ? La direction a fait le choix de ne pas tenir compte des avis unanimement négatifs des élus du Comité d’Établissement et du Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail, ni de l’avis des salariés qui se sont majoritairement déclarés opposés à ce déménagement, non pas sur son principe, mais sur le choix du lieu dont la desserte par les transports en commun apparaît à tous très problématique. Un article du monde en date du 16 février 2009, en fait encore état.

Cette communication « transparente » nous vante, par contre dans l’ordre :
- Une zone d’activité commune à d’autres sociétés : quand on sait que certaines de celles déjà en place n’étaient pas informées du classement Seveso du dépôt pétrolier.
- Un équipement moderne et fonctionnel : nous apprenons qu’un restaurant d’entreprise, des salles de réunion, des parkings, un réseau informatique, sont des équipements modernes.
- Le respect des impératifs économiques : dont nous avons pu constater le caractère primordial dans le choix final, vu le peu de préoccupations manifesté par la direction pour les différents avis, qu’ils émanent des élus ou des salariés.
- Des photos : dont les lieux représentés n’ont aucun rapport avec ce qui sera votre environnement proche.
- Une énumération des différents accès possibles au site par les transports en commun : En regardant le fichier des temps et moyens de transport fourni par la direction, nous voyons que sur les 7 lignes du bus annoncées, 2 d’entre elles ne sont pas utilisées, et les 5 autres ne le seront que par 31 salariés.
L’important était bien de montrer de possibles alternatives au seul accès ferré existant, le RER A, dont tous les usagers déplorent le mauvais fonctionnement, et qui lui concerne.....374 salariés !

Cette première communication annoncée dans « un engagement de transparence » augure mal de la suite, et nous avons déjà signalé votre mécontentement au DRH.
En attendant une prochaine communication officielle qui réponde à vos préoccupations, nous vous invitons à suivre le parcours photos de votre futur trajet, depuis la sortie du RER A « Nanterre ville » jusqu’au futur siège :

Cliquez pour accéder au diaporama-> Diaporama sur le trajet pédestre du RER A au futur Siège, à Nanterre


Version initiale du 04/02/2009 :

Comme on pouvait s’y attendre, la direction a choisi la motivation financière sur les économies de baux à moyen terme, en entérinant sa décision d’installer le Siège de Manpower France à Nanterre. Elle a ainsi décidé de ne tenir aucun compte de l’avis des salariés qui s’étaient très largement opposé à ce choix lors de l’enquête interne, ni des avis unanimement négatifs exprimés par le Comité d’Etablissement et le CHSCT (voir à ce sujet notre article précédent sur le déménagement).

C’est donc avec une réelle inquiétude quant à leurs futures difficultés quotidiennes que les salariés du Siège ont accueillis cette nouvelle, et ce n’est ni les prochaines communications embellies, ni les possibles propositions de groupes de travail, qui y changeront quelque chose.

Pour autant, vos élus CFTC resteront mobilisés sur la suite de ce dossier, qui portera maintenant sur la partie « Aménagement », et restent bien entendu à l’écoute de vos remarques et propositions.


Voir aussi :
- notre article postérieur sur l’avis négatif du CHSCT sur les graves insuffisances du projet d’aménagement intérieur du futur site ;
- notre article antérieur sur les avis CE et CHSCT résolument négatifs sur le choix du site retenu pour le projet de déménagement, et l’analyse détaillée du risque industriel sur le site de Nanterre.