Devant l’aberration économique, sociale et juridique des nouvelles règles de prise de congés, la CFTC demande leur retrait immédiat sur l’ensemble de l’entreprise

La CFTC demande le retrait des nouvelles modalités de prise des congés, dont elle dénonce :

- l’absurdité économique :

  • les nouvelles règles que tente d’imposer la direction sont dommageables dans la majorité des entités en terme de continuité du service ;
  • dans certains services en forte activité en juillet et début août, les quelques salariés qui resteront présents risquent de faire face à de graves surcharges de travail.

- la nocivité sociale :

  • elles malmènent les parents de jeunes enfants qui ne choisissent pas la période de congé de leur nourrice ;
  • elles obligent les jeunes travailleurs sans enfants et les bas salaires en général à partir en congés à la période la plus chère, où le coût des vacances leur est inaccessible ;
  • elles enlèvent toute latitude pour gérer les repos personnels et les contraintes parentales (6 jours annuels au choix du salarié au lieu des 50 habituellement), ce qui va nécessairement imposer une hausse de l’absentéisme médical.

Voir à ce sujet vos témoignages, dans le tract CFTC ci-après demandant le retrait des nouvelles règles de prise des congés :

Tract CFTC du 25/03/2009, suite à la tentative de la direction de Manpower France d’imposer de nouvelles règles de prise des congés

- l’illégalité :

  • la dénonciation de l’usage antérieur de pose des congés en concertation entre le salarié et le hiérarchique direct en fonction des nécessités de service et des souhaits du salarié n’ a pas respecté le délais de préavis nécessaire, puisqu’une très grande majorité des salariés avait pris pour cette année des engagements financiers ou autre concernant leur prise de congés sur 2009-2010 ;
  • la période de prise de 4 semaines de congés payés en été est réduite à 6 semaines par les nouvelles règles (plus une semaine de congés payés payés obligatoire à fin octobre), au lieu des 6 mois légaux et conventionnels minimum du 1er/05 au 31/10, à l’intérieure desquels seule une nécessité de service réelle et dument justifiée par la direction devrait lui permettre de pouvoir s’opposer à un congé ; malgré les nouvelles règles soit disant imposées pour nécessité de service, et à cause de leur caractère justement inapplicable, la direction ne se prive pourtant pas d’imposer à de multiples salariés d’être présents à tel ou tel moment de la période de prise des congés d’été de 6 semaines... justement pour nécessité de service ?!? Disproportionnalité, abus de droit : la direction se place donc très clairement dans l’illégalité.
  • en imposant de poser 5 semaines de congés payés, la direction viole par ailleurs les dispositions conventionnelles de l’entreprise, qui autorise chaque salarié à épargner s’il le souhaite 10 jours de CP, 2 jours de RSUP et 6 jours de JRTT par an.

Les salariés de Manpower font donc actuellement face à une manifestation d’autoritarisme et d’arbitraire de la part de la direction, par ailleurs clairement illégale, qui porte atteinte à leurs droits et à leurs conditions de travail. Si la CFTC appelle pour le moment la direction à la raison, elle entend prochainement agir par d’autres moyens afin de rétablir la situation dans la légalité et le discernement économique et social.

Les 5 organisations syndicales représentatives de l’entreprise demandent à Mme le Président de les recevoir sous 72 heures

Jointe à l’ensemble des organisations syndicales représentatives de l’entreprise, la CFTC a écrit un courrier à Mme le Président de Manpower France qu’elle devrait avoir reçu au plus tard demain 02/04/2009, lui donnant un délais de 72 heures pour recevoir les syndicats sur la question.

A suivre...


Voir aussi :
- notre article postérieur sur la condamnation de la direction Manpower à consulter les représentants du personnel sur les conséquences de son projet en terme de conditions de travail ;
- notre article postérieur sur la saisie par les délégués CFTC et la confirmation par l’Inspection du Travail du caractère illégal des nouvelles dispositions de prise des congés payés ;
- notre article postérieur sur la mise en place de premières actions ;
- notre article antérieur sur l’action du CHSCT du Siège concernant la gestion des effectifs les nouvelles règles 2009 de prise des congés ;
- notre article précédent sur les pressions subies par les salariés concernant les congés payés et l’édiction de règles informatiques inapplicables ;
- notre article antérieur sur la hausse générale des risques psycho-sociaux chez Manpower France induits par les modalités de mise en œuvre du projet dit de « Refondation », qui évoque cette problématique.