Lors de la réunion de CE du 17/10/2007, ont notamment été traitées les questions suivantes :

Note : Nous n’avons pas reproduit ici l’intégralité des informations traitées pour des raisons de confidentialité ; merci de vous reporter aux comptes-rendus du CE Siège et du CCE diffusés en interne, pour une information plus complète.

- Point d’information sur les coûts liés à l’externalisation du périmètre JGE

- Point d’information sur le suivi du matériel informatique

Ce point avait été mis à l’ordre du jour par les élus, suite à divers remontées de salariés concernant les prestations de maintenance sur les postes informatiques. Les élus ont soumis l’idée que les fiches qualité relatives aux interventions des prestataires, signées par le salariés bénéficiaire, stipulent la liste des matériels normalement installés ou remplacés par le prestataire. Cette mention rendrait ainsi possible un minimum de contrôle, entre la prestation facturée et celle réellement assurée.

- Consultation sur le bilan des actions de formation (2006 et 1er semestre 2007) et orientations générales de la formation continue 2008)

Les élus ont rendu un avis positif concernant ces deux consultations. Ils ont toutefois émis plusieurs remarques, relatives à :

  • un nécessaire rééquilibrage des actions formation en faveur des salariés non-cadres, le déséquilibre constaté sur cette question ayant par ailleurs été explicitement exprimé au travers de la dernière étude du CHSCT sur les conditions de travail ;
  • la nécessité d’une meilleure formulation des attentes de la direction en matière de compétences afin que les salariés puissent se positionner en terme de formation et d’évolution ; et d’une meilleure mise en parallèle des souhaits exprimés par les salariés et des actions formation menées.

- Information relative aux grandes orientations de Manpower France pour la période 2008-2010

Ce point, inscrit à l’ordre du jour à l’initiative de la direction, a fait l’objet d’un monologue d’une vingtaine de minute de la part de son représentant, sans qu’un support n’ait été communiqué aux élus auparavant. Après avoir écouté le représentant de la direction sans l’interrompre, les élus CFTC ont eu à subir de sa part l’expression d’un mouvement d’impatience, pour avoir regretté l’absence de remise d’un support. Un tel document transmis aux élus en amont de la réunion leur aurait pourtant permis de préparer le sujet, afin que ce dernier puisse faire l’objet d’un réel échange. De fait, aucune question n’a pu être posée par aucun élu, le procédé leur déniant toute possibilité d’appropriation du sujet.
Les élus CFTC déplorent cet incident, l’entreprise communiquant par ailleurs fort et clair, tant en interne qu’en externe, sur sa capacité à mener un dialogue social exemplaire. Le niveau de dialogue social que les élus CFTC attendent de la direction se place pourtant à un degré d’exigence nettement supérieur. Une demande auprès du secrétaire et du président du CE sera donc formulée, afin de remettre ce point à l’ordre du jour du prochain CE, avec la remise préalable d’un support permettant d’engager une réflexion avec la direction.