1. Objectifs 2016 : commerciaux
Un salarié permanent Chargé d’affaires ne comprend pas le projet de la direction pour 2016 « 120 Siret cibles pour 2016 » ?
- Comment vont-ils pouvoir développer le business ?

Réponse de l’employeur : L’ensemble des éléments d’informations nécessaires à l’accompagnement des dispositions prises dans le cadre du budget des ventes 2016 sera apporté aux salariés lors de la mise en œuvre d’envergure 2016, notamment par le biais du management de proximité. Dans l’immédiat, les informations/ consultations nécessaires au déploiement de la stratégie de l’entreprise sont en cours au niveau du CCE.


2. Règles de rémunération pour les commerciaux en 2016
Un salarié commercial permanent ne connait toujours pas les règles de rémunération pour 2016 ?
- Deux mois avant la fin de l’année n’est-ce pas la responsabilité de l’entreprise de les informer ?

Réponse de l’employeur : L’ensemble des salariés sera informé des modalités de la rémunération variable 2016 à l’issue des informations consultations obligatoires auprès des Instances Représentatives du Personnel (IRP), actuellement en cours.


3. Projet Envergure 2016 :
Ce projet prévoit des explications sur le digital, lors de l’inscription :
- Comment Manpower prévoit de gérer ce surplus de travail car tout le monde n’est pas à l’aise et ça risque de prendre du temps ?

Réponse de l’employeur : Il n’existe pas de surplus de travail lié aux déploiements du digital.

Des informations sur le déploiement d’Envergure 2016 ont été déclinées aux équipes en agences lors des réunions hebdomadaires :
- Pouvez-vous nous préciser ce qui va se passer pour les commerciaux et la Task-Force ?
La CFTC déplore que ces genres d’informations n’aient pas été présentés de manière exhaustive.
Plusieurs interrogations notamment sur le variable demeurent : à présent tout le monde est sur une marge additionnelle, pas d’information claire en cas de changement de portefeuille

Réponse de l’employeur : L’ensemble des éléments d’informations nécessaires à l’accompagnement des dispositions prises sera apporté aux salariés lors de la mise en œuvre d’Envergure 2016, notamment par le biais du management de proximité. Dans l’immédiat, les informations/ consultations nécessaires au déploiement de la stratégie de l’entreprise sont en cours.

- Pouvez-vous préciser le devenir des salariés du Pôle Service Clients (PSC) de Tours ?
La CFTC déplore l’attitude de la direction à l’égard de certaines organisations qui ont été « vendue » aux salariés comme une véritable solution pour leur parcours professionnel. Parfois ces salariés ont dû faire face à des organisations compliquées et stressantes.

Réponse de l’employeur : Le sujet a été présenté au Comité Central d’Entreprise (CCE) et à l’IPC Comité d’Hygiène et de Sécurté et des Conditions de Travail (CHSCT) lors des informations/consultations sur le projet Envergure. Il ne s’agit pas d’une réclamation relevant de l’attribution des Délégués du Personnel.

- Merci d’expliquer la différence entre un Espace Manpower et Partenaire en terme aussi d’horaires d’ouverture au public et mode de fonctionnement, en terme de fichiers commerciaux, ressources SI… etc.

Réponse de l’employeur : De manière générale, les Espaces Manpower / Espaces partenaires sont des espaces d’accueil ouverts au public quelques demi-journées par semaine, attenants à une agence ou non, situés dans des locaux Manpower ou chez des partenaires publics ou privés et ils n’ont pas de portefeuille client rattaché ni de salariés intérimaires rattachés.

- Pourquoi le fichier client (OCOC) et les ressources intérimaire (Espace Ressources) d’un Espace Manpower sont rattachés à un autre Espace Manpower ou bureau, faisant partie d’un même regroupement d’agence ?
Alors qu’il s’agit juste d’un changement « d’appellation » : d’agence passe « espace ».
- Dans ce cas comment la Direction peut avoir une vision objective et véritable à l’ouverture de l’informatique ?
Le code agence change, le rattachement de tout type de dossiers aussi, même les effectifs du jeudi figurent sur le nouveau bureau d’activité et non sur celui qui le génère

Réponse de l’employeur : Le changement d’agence en espace correspond à un changement de type de structure : un Espace Manpower n’a pas de compte d’exploitation associé, car il a pour vocation unique d’être un point d’accueil physique pour nos candidats et intérimaires, c’est une antenne de recrutement pour le groupe d’agences. Lors de ce changement, le portefeuille client et le vivier intérimaire doit donc être réattribué à l’agence de rattachement qui devient le point d’où le chiffre d’affaire et les effectifs sont suivis. Les VME qui assurent pour partie de leur temps la permanence régulière sur cet espace, sont également comptabilisés sur cette autre agence.

En région Centre à ce jour il y a un seul cabinet recrutement, à Tours.
- Est ce que d’autres cabinets verront naissance à d’autres endroits de la Région ?
La distance géographique pourrait être un élément bloquant alors qu’il y a des salariés qui voudraient se positionner sur le poste de Consultant en Recrutement

Réponse de la Direction : Oui, et plusieurs postes de consultants sont pourvus ou encours de recrutement sur la Direction Régionale


4. Classification :
- A quelle date l’entreprise envisage t-elle d’ouvrir les négociations pour les Entretiens Annuels 2016 ?
- Un document type relatif à la classification sera-t-il disponible sous Léo ?

Réponse de l’employeur : Il n’y a pas lieu à ouvrir des négociations sur les entretiens annuels 2016. Les supports types, intégrant la nouvelle classification, sont disponibles sous Léo.


5. Formation sécurité :
- Quand enfin la direction généralisera ces formations ?
- Est-il « correct » qu’un salarié, sans avoir reçu la moindre formation, cherche à établir un arbre des causes disponible sous Léo ?

Réponse de l’employeur : L’arbre de cause est uniquement utilisé par les préventeurs dans le cadre des accidents du travail graves afin de s’intégrer dans le processus d’analyse d’accident du travail du client. Dès lors que celle-ci est déjà réalisée, il n’y a pas forcément lieu de la remettre en cause, éventuellement de la compléter.


6. CDI.I - Contrat à Durée Indéterminée Intérimaire :
L’accord de branche prévoit de créer un nouveau métier pour les suivre ! Que nenni chez Manpower !
- Quand l’entreprise envisage-t-elle de se mettre en conformité avec l’accord de branche ?

Réponse de l’employeur : Manpower a mis en place une organisation spécifique, avec des équipes dédiées sur ce dispositif (coordination nationale, gestion paie…) et un plan d’accompagnement a été réalisé pour les équipes ressources, ainsi que les formations juridiques notamment, qui figurent depuis 2014 dans notre plan de formation.

- Un CDII est-il inscrit sur le registre entrée/sortie du personnel de l’agence de rattachement ?

Réponse de l’employeur : Oui.

- Le salaire du CDII en intermission est t’il prit sur le compte d’exploitation de l’agence ?

Réponse de l’employeur : Oui de façon spécifique.

- Le CDII compte t il sur la VME de l’agence ?

Réponse de l’employeur : Il compte dans l’effectif intérimaire de l’agence, selon les modalités prévues et indiquées sous Léo et joint au compte rendu.


7. Événements tragiques de novembre 2015 et conséquences :
Au vu des derniers évènements que la France traverse, la CFTC réclame à la Direction une forte vigilance sur :
- Les déplacements de la province vers la capitale : dans la meure du possible merci aux services des Ressources Humaines ou formation de poser, par mail, la question sur une peur liée aux malheureux épisodes et si la peur est identifiée, de décaler dans le temps le déplacement.
- Pourquoi pas inverser les déplacements pour les formations, en tout cas : de la capitale vers la province ?!!
- De renforcer la vigilance en agence : demander aux salariés s’ils ressentent un danger ?
- Rappeler la procédure et le n° de la hotline par le mail personnel Manpower à tous les salariés

Réponse de l’employeur : Notre position est de ne pas modifier les programmes de formations ou réunions qui étaient prévus avant ces évènements. L’ensemble des salariés d’Ile-de-France ont pris les transports en commun et se sont rendus sur leur lieu de travail ce lundi. Il n’y a pas d’instructions données par les autorités de l’état pour cesser ou limiter les activités professionnelles des entreprises. Le choix de participer ou non à une réunion de travail ou une formation est donc un choix qui reste individuel.
De plus, Manpower a mis en place pour ses salariés permanents un numéro vert d’accompagnement psychologique, disponible 24h/24, 7 jours/7, en partenariat avec les psychologues de l’Institut d’Accompagnement Psychologique et de Ressources (IAPR).
Pour finir, il a été demandé à chaque Responsable d’agence de signaler tout incident (intervention des services de police, réquisitions judiciaires, alertes aux colis suspects, etc) au Care-Center chargé de centraliser toutes ces informations.

- Comment réagir lorsqu’une personne ne veut pas parler a une femme qui est à l’accueil ?

Réponse de l’employeur : A partir du moment où une salariée rencontre ce type de comportement, elle doit en alerte la cellule incivilité, qui a déjà eu à traiter ce genre de problématique. Les mesures adéquates seront mises en œuvre.

- Pourquoi les agences n’ont pas de destructeur de papier : les salariés n’ont toujours pas le temps de scanner les documents lors de l’inscription, les copies des cartes vitales et autres... sont scannés puis jetés simplement ! Avec tout ce qui se passe ce alarmant : faux papier par exemple. Il est important de tout détruire de façon efficace

Réponse de l’employeur : Les agences peuvent commander des destructeurs de documents dans @pro.


8. Pannes informatiques répétitives :
Sur le mois de novembre en particulier, des pannes informatiques à répétitions polluent le quotidien des salariés en agence et Centres de Gestion Administrative (CGA) qui se retrouvent à faire des heures supplémentaires, pour rattraper le retard.
- Quelle est l’explication de la Direction ?
- Et comment les équipent s’organisent ?
- Y a t il un plan organisationnel prévu ?
Cela s’ajoute à la charge de travail qui augment de plus en plus avec de moins en moins d’effectif.

Réponse de l’employeur : L’entreprise a conscience des difficultés rencontrées par les salariés lors des différentes pannes informatiques ayant eu lieu ce mois-ci. Néanmoins, nous confirmons que les dysfonctionnements informatiques sont pris en compte par l’entreprise, à titre d’exemple l’objectif pour clôturer la paie d’octobre pour les Centres de Gestion Administrative (CGA) a été porté à 99,5% au lieu de 99,60%.


9. Planning des congés :
Merci de communiquer l’organisation, en termes de sécurité, prévue pour les congés de fin d’année.

Réponse de l’employeur : Il ne s’agit pas d’une question relevant de l’attribution des Délégués du Personnel.


10. Délégation des Salariés Intérimaires :
- Est-il normal que des élus intérimaires soient en délégation toute l’année et cela depuis bien plus de 1 an.
- N’ont-ils pas de congés ?

Réponse de l’employeur : Le crédit d’heures de délégation est personnel, il revient aux salariés de les positionner de telle sorte à pouvoir profiter de jours / semaines libres.


11. Usage des casques téléphoniques pour les personnels permanents :
Usage recommandé par Manpower pour l’usage du casque téléphonique :
« Respecter les mesures d’hygiènes : Nettoyage régulier et avant chaque utilisation produit avant le nettoyage, changement régulier des oreillettes. »
Il serait bien que Manpower informe les responsables d’agence de cette préconisation afin qu’ils mettent à disposition des lingettes afin de nettoyer les oreillettes ainsi que des oreillettes de rechange.

Réponse de l’employeur : Des lingettes de nettoyage ont été intégrées dans @pro. De plus, des communications ont été réalisées sur le sujet : une communication est d’ailleurs disponible sous Léo sur le sujet et une communication (ergonomie des postes de travail), à destination de l’ensemble des permanents de la direction régionale, a rappelé les conseils d’utilisations du casque téléphonique tout en y apportant des recommandations.


12. Formation :
Une collaboratrice souhaite faire une formation « professionnalisante » et/ou « diplômante » hors du secteur de Travail temporaire, cette collaboratrice a monté un dossier CIF (Congé Individuel de Formation) qui a été refusé.
- Quelles sont les options à sa disposition et envisageables pour faire cette formation d’une durée de 18 mois, sans pour autant rompre son contrat de travail ?

Réponse de l’employeur : Comme indiqué le mois dernier, nous remercions les Délégués du Personnel de bien vouloir préciser la question (statut de l’intéressé : permanent ou intérimaire ; durée en heure de la formation ; temps plein ou partiel).


13. Calcul de l’ancienneté chez Manpower :
Une collaboratrice est en Contrat de Travail Temporaire (CTT) pour Manpower pendant 4 mois, puis en CDD chez Manpower en tant qu’assistante commerciale pour 14 mois, puis intègre en CDI l’entreprise.
- Quelle sera son ancienneté Manpower au 1er jour travaillé en tant que CDI, dans le cas où les contrats sont consécutifs et dans le cas où les contrats sont non consécutifs ?

Réponse de l’employeur : Comme indiqué le mois dernier, nous confirmons que l’ancienneté comprend tous les contrats (CDD et CDI). Pour rappel, les périodes prises en compte sont toutes les périodes de travail effectif, qu’elles soient consécutives ou non, en CDI, en CDD, et en contrat d’alternance, ainsi que les périodes de travail effectuées soit dans une filiale, soit dans une entreprise absorbée, avec reprise de l’ancienneté stipulée au contrat de travail.

Inversement :
Une collaboratrice est en CDI depuis 15 ans pour Manpower puis quitte Manpower, revient chez Manpower pour un CDD de 6 mois dans une autre région et aussi enchaîne des missions en intérim.
- Comment sera calculée son ancienneté chez Manpower dans le cas où les contrats sont consécutifs et dans le cas où les contrats sont non consécutifs ?

Réponse de l’employeur : Voir réponse précédente.


14. Temps de trajet pour les Visites Médicales :
La Direction doit payer le temps passé pour se rendre à la Visite Médicale.
La direction nous avait informés qu’à défaut de justificatif sur le temps passé, un forfait d’une heure était pris en charge par Manpower.
- Sous quelle forme se présente le justificatif du temps passé pour se rendre à la visite médicale des intérimaires ?

Réponse de l’employeur : Les exemples de justificatifs peuvent être les suivants : billets de transports en commun, ticket de péage, impression du site internet Mappy correspondant au temps de trajet parcouru domicile/Services de Santé au Travai ou lieu de travail/Services de Santé au Travail,…


15. Modalités arrêts de travail :
- Pour un salarié permanent en maladie ayant plus d’un an d’ancienneté, qui paie réellement les 3 jours de carence ?
- Manpower, la complémentaire ou la Sécurité Sociale ?
- Manpower se fait-elle remboursée de son avancement de rémunération par la mutuelle complémentaire ou par la sécurité sociale ?

Réponse de l’employeur : Comme indiqué le mois dernier, si le salarié a plus d’un an d’ancienneté, il perçoit un complément de salaire égal à la différence entre le salaire net et les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale. Cet avantage s’applique pendant 90 jours calendaires maximum pour une année civile. Le salarié perçoit donc 100% de son salaire net de base.

- Pour un salarié intérimaire en maladie ayant plus d’un an d’ancienneté, qui paie ses jours de carence ?
- Manpower, la complémentaire ou la Sécurité Sociale ?

Réponse de l’employeur : Personne ne paie la carence.

Lorsqu’un salarié est en arrêt de travail, vous dites que durant la période d’indemnisation des 90 premiers jours de l’arrêt de travail, un complément de salaire égal à la différence entre le salaire réel et les IJSS est versé par l’entreprise.
- Est-ce réellement à la charge de l’entreprise ou est-ce via l’entreprise que ce versement s’effectue ?
- Manpower ferait-il subrogation ?
Si vous signifiez que l’établissement du bulletin de paie est nécessaire pour mentionner la cotisation à la mutuelle et à la Caisse de prévoyance.
- Sur quelle part, la cotisation mutuelle et Prévoyance est prélevée ?
- Charges patronales et/ou salariales ?

Réponse de l’employeur : Les Indemnités Journalières Sécurité Sociale (IJSS) sont versés directement au salarié par la sécurité sociale. L’entreprise verse le salaire sous déduction des IJSS. Les cotisations sont prélevées sur le salaire brut des salariés.

- Pourquoi la direction n’a-t-elle pas mis en place un suivi et des actions correctives pour des salariés permanents qui ont été arrêtés durant plus de 15 jours, après visite médicale, pour épuisement professionnel alors que leur Responsable d’Agence a été mis en courant ?

Réponse de l’employeur : Merci de nous préciser la situation visée


16. Risques Psycho- Sociaux RPS :
Nous avons constaté et entendu de la part de beaucoup de salariés qu’ils étaient dans la nécessité de consommer des médicaments pour dormir et/ou tenir devant le stress imposé. Certains nous ont confiés qu’ils avaient été arrêtés pour « épuisement professionnel ». Nous avons même entendu que certains managers, ayant connaissance du problème, ont conseillé à leur salarié de quitter l’entreprise s’il ne sentait plus bien.
Nous voudrions vous rappeler ce que sont les risques psychosociaux :
« Les risques psychosociaux sont les risques professionnels liés à l’organisation ou aux conditions de travail. Ils peuvent être définis comme la dégradation de l’état de santé physique ou mentale des salariés en raison des méthodes de gestion ou de management mises en place au sein d’une entreprise et sont le fait de comportements individuels ou collectifs induits généralement par la recherche de la performance ou la culture du résultat. Les conditions de travail difficiles, les dysfonctionnements organisationnels, les tensions dues à l’environnement de travail, le désajustement professionnel »
Nous souhaitons vous alerter sur le risque que prend Manpower à ne pas sensibiliser, former, voir sanctionner les managers ne respectant pas la mise en sécurité de leurs salariés et ces discours intolérables ayant des répercussions graves avec des victimes collatérales.
Selon l’article L411-1 du code de la sécurité sociale, est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident qui survient à un salarié du fait ou à l’occasion de son travail. Pour la jurisprudence sociale, le suicide qui se produit pendant les heures ou sur le lieu du travail est présumé être un accident de travail. Il en est ainsi parce que le suicide a lieu au cours de l’exécution du travail ou à un moment où le salarié se trouve sous le contrôle et l’autorité de son employeur.
Les juges interprètent de manière extensive l’article L411-1 du code de la sécurité sociale et considère qu’il n’est pas nécessaire que l’accident se produise au moment le travailleur est sous la subordination de l’employeur. Le suicide hors de l’entreprise peut aussi être imputable à l’employeur s’il est établi un lien entre les faits et les conditions du travail, et notamment le harcèlement moral de son employeur

Réponse de l’employeur : Nous ne partageons pas l’analyse des Délégués du Personnel et nous vous confirmons que Manpower est vigilant sur le sujet et travaille activement sur le sujet notamment en lien avec ses managers.


17. Dans l’article L1232-4, le code du travail demande pour les entreprises disposant de représentant du personnel de notifier dans la lettre de convocation à un entretien, la possibilité de recourir à un conseiller du salarié en précisant l’adresse des services dans lesquels la liste de ces conseillers est tenue à sa disposition.
- Pourquoi cela n’est-il pas fait pour nos salariés permanents ou salariés intérimaires ?
- A quelles sanctions s’expose l’employeur en ne respectant pas le code du travail ?

Réponse de l’employeur : La faculté de se faire assister lors d’un entretien préalable à une mesure de licenciement ou à une sanction disciplinaire par un conseiller figurant sur une liste dressée par l’autorité administrative est réservée exclusivement dans l’hypothèse où une entreprise est dépourvue d’institutions représentatives du personnel. Quant aux entreprises où de telles instances sont présentes, comme c’est le cas au sein de Manpower France, le salarié peut se faire assister exclusivement par une « personne de son choix appartenant au personnel de l’entreprise » (ce qui est mentionné dans tout courrier de convocation à entretien préalable aux mesures précitées).


18. Affichage sur les panneaux des Organisations Syndicales :
Lorsque nous signalons aux agences la non-conformité des affichages, les Responsables d’Agence, à l’unanimité, nous répondent que c’est une consigne nationale. Nous ne cessons de vous rappeler que vous avez une obligation de mettre à disposition des représentants du personnel des tableaux d’affichage sur tous les lieux de passages et au vu et su de tous les salariés :
- L. 2315-7 du Code du travail pour les délégués du personnel
- L. 2142 du Code du travail pour les élus du comité d’entreprise
- L. 2142-3 du Code du travail pour chaque section syndicale
- L. 4614-9 du Code du travail et prévu par Circ. DRT 93-15 du 25 mars 1993 pour le Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT)
- Pourquoi sommes-nous encore à « batailler » pour que cela soit respecté ?
- Avons-nous la même lecture de la langue française ?
- Pourquoi prenez-vous toujours en référence le Référentiel du Dialogue Social 2 (RDS2) pour répondre que l’affichage papier en agence est interdit et supprimez-vous tous les panneaux d’affichage ?
- Où voyez-vous dans le Référentiel du Dialogue Social 2 (RDS2) un engagement des Organisations Syndicales de ne plus communiquer que par voie électronique sur les informations la CE (Comité d’ Entreprise) et les DP (Délégués du Personnel) ?
- Pourquoi, dites-vous que vous « privilégier les moyens électroniques » alors que les représentants du personnel ne disposent pas d’accès internet au local Délégués du Personnel des Pays de Loire ?

Réponse de l’employeur : Nous confirmons que seuls les panneaux syndicaux, électroniques, peuvent être retirés conformément à l’accord sur le Référentiel du dialogue social II. Il n’y a aucune consigne de ce type s’agissant des panneaux des Délégués du Personnel ou de l’affichage obligatoire « direction ». Merci de nous remonter les éventuelles situations visées.


19. Nous vous demandons de nous transmettre :
- la liste des entrées/sorties du personnel par agences situées sur les Pays de Loire.

Réponse de l’employeur : Il n’est pas prévu de fournir de tels éléments. Nous rappelons que les registres du personnel sont consultables dans chaque entité de travail sur demande.

- la liste des missions proposées à nos élus CFTC avec précisions sur durée de la mission et leur profil de poste.

Réponse de l’employeur : Ces informations sont individuelles et personnelles, néanmoins nous vous confirmons que ces personnes ont été sollicitées par divers canaux par leurs agences respectives pour leur proposer des missions ou connaître leurs disponibilités en vue de leur faire des propositions.
Les intérimaires qui ont maintenu le contact avec leur agence et qui souhaitent travailler se voient proposer des missions en fonction des opportunités dont disposent les agences – étant rappelé que le taux horaire n’est pas un critère de la garantie de mandat.


20. Reprise de certaines questions du mois d’octobre restées sans réponse :
- Paiement des jours fériés pour les Salariés Intérimaires (SI) , la Réponse de l’employeur nous semble insuffisante nous saisissons le DIRECCTE (DIrection Régionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi)

Réponse de l’employeur : Nous prenons bonne note de la saisine de la Direccte par les Délégués du Personnel.

- L’entreprise respecte ses obligations mais est quand même condamnée par la justice ?

Réponse de l’employeur : Il n’appartient pas à la société Manpower d’expliciter des décisions avec lesquelles elle est en désaccord.

- Les délégués du personnel Direction Régionale Ouest apprennent, par la presse, la dissimulation par Manpower d’un Accident du Travail mortel. Les Délégués du Personnel regrettent cette attitude de la direction qui jette l’opprobre sur notre entreprise et notre métier ! (accessoirement des permanents du réseau sont licenciés pour des motifs bien moins grave que cette dissimulation )

Réponse de l’employeur : Il ne s’agit pas d’une question relevant de l’attribution des Délégués du Personnel
Bretagne.

- Point Fin de Mission (PFM)

Réponse de l’employeur : Le service concerné a été de nouveau sollicité. Néanmoins, il n’y a pas de modification prévue pour le moment.