1. Règles d’attributions des téléphones portables aux salariés permanents :
- Quelles sont les conditions pour bénéficier d’un téléphone portable au sein d’une agence Manpower ? Quel est le forfait délivré ? Peut-il remplacer l’abonnement de son téléphone personnel ?
- Est-il nominatif ou lors de congés pour longues absences (comme congés maternité par exemple), peut-il rester à l’agence et être utilisé par une autre personne ?

Réponse de l’employeur : L’attribution d’un téléphone portable professionnel est nominative. Les collaborateurs exerçant certaines fonctions (responsables d’agence, chargés d’affaire, etc.) pourront ainsi se voir attribuer un téléphone portable professionnel. Le téléphone portable fournit par Manpower est un outil de travail qui en tant que tel n’a pas vocation a être utilisé pour des raisons personnelles.


2.Validité des cartes d’identité dans le dossier des salariés intérimaires :
Les cartes d’identité délivrées à partir du 1er janvier 2014 et celles délivrées entre le 02 janvier 2004 et le 31 décembre 2013 sont valables 15 ans. Des salariés permanents ont contacté les délégués du personnel CFTC car sur les listes agence, il y a des intérimaires dont la date ressort « NON VALIDE » alors qu’elle l’est encore.
- Quelle est la règle à appliquer dans ce cas : refaire la saisie ou y a t‐il un changement qui va être fait directement ?
La CFTC réclame qu’une information intranet claire soit mise à disposition sur le sujet.

Réponse de l’employeur : Le service concerné a été sollicité.


3. Paies des salariés intérimaires :
- Comment se fait il que des salariés intérimaires ont eu un salaire incomplet sur la paie versée le 12 juillet 2015 ?
Pourtant l’Entreprise Utilisatrice a bien validé les heures et envoyé les heures au Centre de Gestion Administratif (CGA) par le logiciel Manpower Direct Entreprise (MDE). La CFTC se pose la question sur le type d’organisation mise en place en CGA en période estivale et si des renforts ont été prévus pour palier les absences :
- Le CGA a-t-il les moyens humains nécessaires pour faire face à l’augmentation de l’activité et la baisse des effectifs permanents ?

- D’autre part pouvez-vous présenter la règle qui s’applique entre les agences et le CGA sur la relance des heures afin de réduire au maximum ce genre d’erreur ?
- Quelle est la solution pour l’agence afin de répondre sur le champ aux réclamations des Salariés Intérimaires se trouvant dans ce type de situation ?
- L’acompte par chèque en agence est il toujours possible ?
- Quelle est la démarche à suivre au niveau de la hiérarchie ?

Réponse de l’employeur : Au regard de la réduction de la clôture de paie, l’objectif de taux de complétude (99%) a été atteint puisque la mobilisation des équipes a permis d’atteindre une complétude de paie de 99,27%. Il est également rappelé que les effectifs des CGA sont renforcés par des CDD pendant la période estivale. La relance des heures s’applique conformément à la fiche Réflexe. De manière générale, le paiement des acomptes est réalisé par virement.


4. NAO – Négociation Annuelle Obligatoire :
- À quel moment les Responsable d’Agence ou Directeur d’Agence vont annoncer à leur équipe le résultat des augmentations individuelles ?
- Qu’est ce que la NAO ? : La NAO – Négociation Annuelle Obligatoire impose à tous les employeurs ayant au moins un délégué syndical dans son entreprise, d’engager tous les ans une négociation sur des thèmes fixés par le Code du Travail.
La NAO qui se déroule en au moins 2 réunions permet notamment de faire un point avec l’employeur sur :
- Les salaires bruts effectifs par catégorie socioprofessionnelle, primes et avantages en nature compris,
- La durée effective du travail et l’organisation du temps de travail,
- L’égalité professionnelle femmes/ hommes
- L’insertion professionnelle et le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés.
- La prévoyance maladie et l’épargne salariale, tant qu’aucun dispositif n’existe dans l’entreprise.

Mais si l’obligation de négocier est sous la responsabilité de l’employeur, il n’existe aucune obligation de résultat.
Lors de la première réunion, la direction communique des informations qu’elle complète ensuite par celles demandées par les représentants syndicaux. Si la direction a bien répondu à certaines des demandes de vos représentants CFTC, elle a refusé, malgré nos relances, de nous transmettre le mode de calcul des primes sur objectifs jusqu’au niveau 7A (nous n’avions pas osé aller jusqu’au niveau 7B…) et l’information sur les mises à disposition de salariés auprès des organisations syndicales ou des associations d’employeurs (ce dernier point faisant pourtant partie des informations obligatoires).
Pourquoi ces demandes : Sur le calcul des primes, peu nous importait les montants perçus, mais le système de primes étant très inégalitaire, il était important d’en avoir le détail avant de formuler des revendications. Selon nos informations, si la prime peut atteindre 0,75 mois (à objectifs atteints) pour un salarié fonctionnel de niveau 5A (G dans la nouvelle classification) et 1 mois pour un niveau 5B (H), elle peut dépasser 10 mois pour un directeur de niveau 7B ! On comprend ainsi mieux le refus de communiquer de la direction.
Au terme des 3 réunions, les propositions de la direction étaient bien en deçà des demandes des organisations syndicales, qui pour la majorité d’entre elles demandaient une prime CICE en plus d’une augmentation générale et d’une enveloppe réservée aux augmentations individuelles et promotions. Pour rappel, les sommes perçues au titre du CICE se montent à 80M€ en 2013 et 125M€ en 2014…dont une partie va remonter vers les actionnaires, en parfaite contradiction avec l’esprit dans lequel le législateur a décidé de la mise en place de ce dispositif. Voici les principales mesures ce cette NAO qui au vu des vos représentants CFTC paraissent insuffisantes au vu des efforts consentis par les salariés au cours de cette année et des résultats de l’entreprise :
- Un budget de 1,3% réservé aux augmentations individuelles hors promotions au 1er juillet 2015,
- 0,7% d’augmentation générale au 1er juillet 2015,
- Le dispositif CESU reconduit sur la fin d’année 2015 (300€ préfinancé à 66,7% par l’entreprise et à 100% pour les collaborateurs handicapés,
- Le repas du soir revalorisé de 22€ à 24€.

Des Salariés ont été informés que leur prime serait à « 0 » sur la paie de juillet, car il y a eu un trop perçu sur les autres mois !
- Cela veut dire quoi, s’il n’y a pas d’acompte de fait : est ce la régularisation des primes sur objectifs individuels ?

Réponse de l’employeur : De manière générale, les annonces ont été faites par les Responsables d’Agence et les Directeurs d’Agence mi-juillet. Le versement de l’acompte pour appréciation de l’objectif annuel proratisé trimestriellement n’est pas systématique et est fonction du niveau d’atteinte des objectifs. De plus, l’éventuel versement aurait lieu en août et non pas en juillet.

- Comment comptez vous communiquer auprès des salariés pour leur annoncer qu’ils ont une possibilité de recours auprès du DRH en cas de désaccord sur une décision salariale le concernant ?

Réponse de l’employeur : Cet élément est précisé dans le kit de communication sur la politique salariale 2015 à destination des collaborateurs disponible sous léo.

- Combien d’augmentations individuelles sont projetées ? Combien de promotions ?

Réponse de l’employeur : Il ne s’agit pas d’une réclamation relevant d’une attribution relevant des délégués du personnel.


5. Gestion des dossiers intérimaires en agence :
Un Salarié Intérimaire qui a travaillé en 2010 & 2011 se voit obliger de refaire un nouveau dossier pour une mission en 2015 sous espace ressource il n’a plus de dossier « inexistant » pourquoi ? L’agence lui a dit qu’il n’avait jamais travaillé pour Manpower, il a du fournir ses certificats de travail. De plus un client a contacté l’agence pour le reprendre en intérim (plus de dossier ! ! !) est ce normal ?

Réponse de l’employeur : Oui, il existe des règles de suppression automatique des dossiers intérimaires.


6. Primes des salariés permanents :
Un permanent salarié fonctionnel (siège) quitte la Société le 31 décembre, concernant les 2 prime RN + Objectif, la CFTC vous demande une réponse par OUI ou NON :
- ce salarié touchera t-il la prime RN, oui - non ?
- ce salarié touchera t-il la prime objectif « performance individuelle » oui - non ?
- si oui la touchera t-il en même temps que son salaire et solde de tout compte ?

Réponse de l’employeur : Le salarié doit se reporter aux mémos primes disponibles dans Léo. Dans l’exemple visé, le salarié ne touchera pas la prime RN mais touchera la prime objectif « performance individuelle » dès lors qu’il est en travail effectif au 31 décembre et que le manager communique le niveau d’atteinte des objectifs.


7. Négociation Gestion Prévisionnelle Emploi et Compétences - GPNEC :
La négociation GPNEC n’ayant pas permis de réunir une majorité pour signer la proposition d’accord, un salarié se demande :
- Quand auront lieu les prochains changements de classification ?
- Quand seront mis à jour les référentiels métiers ?
- Quand et sous quelle forme sera reconnu le tutorat ?
- De combien va être augmenté la prime quotidienne de déplacement ? (PRATE), incidence sur les autres dispositifs de mobilité ?
- Quelles incidences sur la formation ?

Réponse de l’employeur : L’accord a été signé par deux organisations syndicales, il fera l’objet d’une communication aux instances représentatives du personnel dès finalisation des démarches administratives.


8. Canicule :
Certaines agences (dont celle de G.) sont exposées au soleil tout ou partie de la journée avec une grande surface vitrée. La température peut dépasser les 40 °C !
- Qu’en est-il du filtre solaire demandé l’année dernière pour G. ?
- Quelles sont les consignes pour les permanents ?
- À partir de quelle température doivent-ils fermer l’agence et aller travailler dans une autre agence moins exposée ?

Réponse de l’employeur : S’agissant la situation de l’agence de G., malgré l’équipement d’un climatiseur mobile, nous préconisons une fermeture exceptionnelle de l’agence les jours de forte chaleur, avec transfert de lignes et un travail depuis l’agence de S. B., ou la collaboratrice travaille déjà plusieurs jours chaque semaine. La pose d’un film n’est pas probante au regard de nos expériences sur d’autres agences. Nous sommes d’ailleurs, en recherche de locaux pour déménager cette agence.
De manière générale, les agences ont été sensibilisées mardi 30 juin sur le risque canicule, sur la vigilance nécessaire et mesures de prévention dans ces conditions, et les premières mesures de secourisme. Elles ont été invitées à consulter les fiches d’information en ligne sous Léo, et notamment « travailler par de fortes chaleurs en été ».

- Quels messages de prévention avez-vous fait passer auprès des entreprises utilisatrices et des salariés intérimaires pour éviter les insolations, coup de chaleur, déshydratation...
- Des missions ont elles été interrompues pour pénibilité excessive ?

Réponse de l’employeur : Comme indiqué, les agences ont été sensibilisées le 30 juin sur le risque canicule, notamment pour s’assurer auprès des entreprises utilisatrices des mesures prises pour limiter les effets de la chaleur, notamment pour les salariés intérimaires qui travaillent sur des chantiers ou dans des espaces confinés (mise à disposition de points d’eau, pauses régulières, etc …). Les agences ont également été invitées à contacter les salariés intérimaires par SMS pour les sensibiliser au risque canicule.


9. Risque routier :
- Les salariés nomades ont-ils pu adapter leurs RDV pour éviter de rouler aux heures les plus chaudes de la journée ?

Réponse de l’employeur : Il n’y a pas de mesure spécifique aux salariés nomades. Les mesures de prévention évoquées sont applicables dans toutes situations de travail.