1. HEURES SUPPLEMENTAIRES :
Vous nous avez répondu que les heures supplémentaires effectuées et identifiées sur le portail RH des permanents étaient transmises au service Paie pour enregistrement sur le bulletin de salaire.
- Sur quel article de loi vous basez-vous pour ne pas rémunérer ces heures supplémentaires et/ou ne pas les majorer ?

Réponse de l’employeur : Il ressort de l’article 3 de l’accord sur le statut du personnel permanent de l’entreprise du 29/07/04 que « les heures supplémentaires, régis par les dispositions légales en vigueur, sont récupérées conformément aux dispositions légales relatives au repos compensateur de remplacement ».

Pour les salariés à temps partiel, le code du travail dit que toutes les heures complémentaires doivent être obligatoirement payées et majorées de 10 % dès la 1e heure et de 25 % au-delà d’un 1/10 de l’horaire contractuel.
- Quelles démarches doivent accomplir les salariés permanents pour que le paiement soit versé sur leur paie ?

Réponse de l’employeur : La démarche est similaire à celle des heures supplémentaires.

Une salariée permanente a effectué des heures supplémentaires qui ont été identifiées sur le portail RH par le biais de l’imprimé « formulaire d’enregistrement d’heures à récupérer ».
- Ne pouvant les récupérer, la salariée demande quelle démarche elle doit effectuer pour se les faire rémunérer ?

Réponse de l’employeur : Dans l’hypothèse où cette récupération n’aurait pu être organisée dans le mois ou sur les jours suivant la fin du mois, le formulaire d’enregistrement d’heures (voir note jointe) à récupérer attestant du temps du dépassement horaire réalisé à la demande du manager, sera transmis au service Paie pour enregistrement sur le bulletin de salaire du collaborateur et mise en œuvre de la récupération à une date ultérieure, arrêtée d’un commun accord entre le manager et le collaborateur. Les jours de récupération sont visibles sur le bulletin de paie (Solde j. récup) ou à travers le portail RH dans le compteur « jours de récupération ». Les jours de récupération peuvent être pris par journée ou demi-journée et doivent être saisis sur le portail RH sous la rubrique « RECUP ».


2. MUTUELLE INTERIMAIRES :
Un Salarié Intérimaire nous a signalé qu’il avait été radié à la fin 2015 de sa mutuelle FASTT-MUT (AG2R) et qu’il était désormais sur la mutuelle obligatoire de l’intérim alors que celle-ci ne couvre que les remboursements de santé de base.
- Pourquoi AG2R se désengage des contrats déjà signés en 2015 avec les intérimaires ?

Réponse de l’employeur : Afin d’éviter de payer deux mutuelles, la radiation a en effet été automatique. Pour autant, rien n’empêche le salarié intérimaire de prendre en complément l’option facultative garantie + chez Interimairessanté.

Un Salarié Intérimaire nous a alerté car il utilise une mutuelle ++ (prise via sa banque) car il a de gros frais optiques annuellement pour sa fille et lui-même et qu’il souhaite la conserver.
Vous nous avez évoqués lors de la réunion de janvier que l’assurance dont dispose l’intérimaire doit faire partie des mutuelles « responsables ».
- Celle-ci en fait-elle partie et devra-t-il se soustraire à cette obligation ?
L’employeur ayant une obligation de prendre en charge 50 % du montant de la couverture de base, le Salarié Intérimaire peut-il demander une participation à l’employeur en conservant sa mutuelle actuelle ?

Réponse de l’employeur : Le salarié doit se rapprocher de sa mutuelle actuelle afin de vérifier s’il s’agit d’un contrat responsable. Les salariés peuvent, sous certaines conditions, bénéficier d’une aide du FASTT ; la participation financière du FASTT représente 50% de la cotisation appliquée à (aux) option(s) choisies(s) : Régime frais de santé facultatif - Option ayants droit - Option Garantie +.

Pour les Salariés Intérimaires ayant une dispense de prendre la mutuelle Manpower, les Salariés Intérimaires devront redonner à chaque mission, une attestation de leur affiliation à une mutuelle « responsable ».
- Comment comptez-vous résorber ce surplus de travail administratif pour les permanents ?

Réponse de l’employeur : C’est Intérimairesanté qui sera en charge d’administrer ce point et non les salariés permanents

- Comment la portabilité est étendue aux conjoints, enfants…. Et pour quelle durée ?
- A partir de quelle ancienneté ?

Réponse de l’employeur : La portabilité n’est pas étendue aux conjoints ni aux enfants.

Un salarié permanent ou intérimaire bénéficiant de la CMU, CMUC ou ACS.
- Quelles démarches doit-il effectuer pour être exempté de la Mutuelle obligatoire de l’entreprise ?

Réponse de l’employeur : S’agissant des salariés permanents, la mutuelle reste obligatoire. S’agissant des salariés intérimaires bénéficiant de la CMU-C, ils doivent fournir une copie de l’attestation de droits à la CMU-C chaque année et ce document est à retourner avec le bulletin individuel d’affiliation complété et coché à la rubrique dispense d’affiliation via le site internet ou à l’adresse suivante : Intérimaires Santé, TSA 60001, 14909 Caen Cedex 9.


3. ENTRETIENS ANNUELS :
- Pourquoi certains N+1 n’ont pas évoqué, ni complété lors des EA, la partie « qualité de vie au travail » en abordant les sujets suivants : organisation, charge de travail, articulation vie professionnelle/familiale, clarté des rôles, intérêt du travail, relations internes/ externes, information/ communication, etc … ?

Réponse de l’employeur : Merci de nous remonter les situations où la partie qualité de vie au travail n’aurait pas été complétée afin qu’un rappel puisse être effectué auprès des managers concernés.


4. COMPTE EPARGNE TEMPS - CET :
- Quel est le délai pour mettre dans le CET ?

Réponse de l’employeur : La demande d’ouverture du CET doit être faite au plus tard dans le délai de 10 jours calendaires avant l’échéance du dernier jour du mois civil.

Un Salérié Intérimaire souhaite mettre en place le CET mais ne sait pas comment l’alimenter. Peut-il utiliser la 5e semaine de CP, les heures supplémentaires, les RTT acquis, le 13e mois, les primes, les jours conventionnels excédant les 24 premiers jours.
- Pourra-t-il, quand il le souhaitera convertir les jours mis en CET en argent ?
- Quelle démarche devra-t-il effectuer ?

Réponse de l’employeur : L’outil de gestion est en cours de développement et sera opérationnel dans les prochains mois, une communication sera établie à ce moment.
De plus, comme indiqué dans l’accord, il est rappelé que son entrée en vigueur est différée au 1er juillet 2016 afin de permettre d’adapter les systèmes d’information et de paie.
Néanmoins, pourra être déposés sur le CET intérimaires tout ou partie des sommes acquises au titre de l’indemnité de fin de mission et de la gratification d’ancienneté.


5. COMPTE PERSONNEL DE FORMATION - CPF :
Trois Salariés Intérimaires m’ont alertée car ils n’ont pas reçu ce courrier du FAFTT les informant sur le nombre d’heures acquises au titre du DIF de 2012 à 2014 afin de pouvoir les enregistrer sur leur compte CPF.
- A quelle date ont été envoyés ces courriers ?
- De quelles solutions disposent-ils pour récupérer cette information sachant qu’ils ont été très mal reçus par la plateforme du FAFTT ?

Réponse de l’employeur : 509 000 courriers sont partis du FAF en 2 vagues successives fin avril 2015 à destination des intérimaires recensés (qui totalisaient au moins 1800 heures travaillées entre le 01/01/2012 et le 31/12/2014) via un fichier transmis par REUNICA. Les intérimaires peuvent demander directement une nouvelle attestation via un mail à mademandecpf@faftt.fr

Pour les Salariés Intérimaires ayant créé leur compte en septembre 2015, ils n’ont pas reçu le basculement en 2016 des heures acquises en 2015.
- Quelles démarches doivent-ils faire ?

Réponse de l’employeur : Les heures CPF seront automatiquement reportées et sauvegardées dans le compte personnel de formation, à la fin du premier trimestre 2016, sans démarches de la part du titulaire du compte. Si le compte n’a pas encore été créé par le titulaire, les heures seront stockées sur le site puis reportées automatiquement lors de la création du compte.

Pour les permanents ayant ouverts leur CPF la mise à jour de leur nombre d’heures s’est effectuée en début 2016 (compte à 150 h).
- Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait ou récemment fait, comment doivent-ils procéder pour récupérer les heures de 2015 puisque les précédentes années sont à enregistrer par eux-mêmes ?

Réponse de l’employeur : A ce jour, les heures CPF acquises au titre de 2015 n’ont pas encore été créditées sur les comptes d’heures CPF. Seules figurent les heures acquises avant 2015 au titre du DIF. S’agissant des heures DIF acquises, l’enregistrement a été effectué ou va être effectué par le titulaire du compte. S’agissant des heures acquises à compter du 01/01/2015 : Les heures CPF seront automatiquement reportées et sauvegardées dans le compte personnel de formation, à la fin du premier trimestre 2016, sans démarches de la part du titulaire du compte. Si le compte n’a pas encore été créé par le titulaire, les heures seront stockées sur le site puis reportées automatiquement lors de la création du compte.


6. COMPTE PERSONNEL DE PENIBILITE :
Sur le Compte Personnel de Pénibilité a déjà été relevé un certain nombre de points rentrant dans la pénibilité : la manutention, les postures (bras en l’air, torsions, accroupissements, température, bruit, exécution de mouvements répétitifs, etc. L’employeur a l’obligation d’identifier, d’évaluer et de déclarer les pénibilités pour l’ensemble de ses salariés, qu’ils soient salariés permanents ou intérimaires.

- Pourquoi les mouvements répétitifs effectués par les salariés sur écran ne sont pas identifiés comme tels, alors que le nombre de pathologies chez Manpower venant de mouvements répétés suite au travail sur écran ont été remarquées ?
- Comment Manpower peut se targuer d’adapter leur poste de travail alors que les permanents deviennent de plus en plus polyvalents et qu’ils passent régulièrement d’un poste de travail à un autre pour les besoins du service ?

L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) rappelle pourtant que ces facteurs de risques liés aux mouvements répétitifs du travail sur informatique peuvent entraîner des positions articulaires inconfortables et douloureuses, des postures contraignantes maintenues longtemps et du stress professionnel, mais aussi « A long terme, on peut constater l’apparition de troubles musculo-squelettiques : contractures musculaires et douleurs au niveau de la nuque, du dos, des épaules, des mains ou des avant-bras ou affections des nerfs périphériques au niveau des poignet » et ceci parfois d’une manière irréversible.

Réponse de l’employeur : La pénibilité au travail se caractérise par une exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels (pénibilité) susceptibles de laisser des traces durables, identifiables et irréversibles sur la santé (article L. 4121-3-1 du Code du travail).
Le Décret concernant le travail répétitif (décret 2015-1888 du 30.12.15) précise que ce facteur de pénibilité est caractérisé par la réalisation de travaux impliquant l’exécution de mouvements répétés, sollicitant tout ou partie du membre supérieur, à une fréquence élevée et sous cadence contrainte, pour au moins 15 actions techniques dans un temps de cycle inférieur ou égal à 30 secondes, ou pour au moins 30 actions techniques par minute dans un temps de cycle supérieur à 30 secondes ou variable (seuils), et pour une durée supérieure à 900 heures par an. Au regard de cette définition précise, les fonctions administratives ne sont pas concernées ».

- Les permanents et tout particulièrement les salariés ayant une fonction sédentaire sont exposés à l’un des facteurs énoncés ci-dessus, Manpower devait déclarer avant le 31 janvier 2016 dans la Déclaration Annuelle de Données Sociales (DADS) ces facteurs de risque et de pénibilité pour les permanents.
- Pourquoi cette information n’a pas été transmise dans la DADS ?

Réponse de l’employeur : Comme mentionné dans la réponse précédente, les fonctions administratives ne sont pas concernées. Il n’y a donc pas lieu de transmettre d’éléments via la DADS.

- Quelle information compte mettre en place Manpower pour informer ses salariés sur ce compte pénibilité ?
A quoi donne droit « mon compte prévention pénibilité » ?
- Formation ?
- Temps partiel ?
- Et quelles démarches les salariés devront-ils faire pour y avoir accès ?
- Quand comptez-vous les informer sachant que le coût d’un appel sur le 3682 est de (service 0,06€/minute + prix d’appel) et qu’il sera difficile aux salariés disposant que d’un téléphone portable d’y accéder ?

Réponse de l’employeur : Les salariés concernés par les facteurs de risques professionnels pour
l’année 2015 recevront en Juin prochain une information concernant l’ouverture d’un Compte Personnel Prévention Pénibilité, compte individuel géré par la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) ».
Les droits acquis au titre de la pénibilité donneront droit :
• 1 point permet de financer 25 heures de formation,
• 10 points financent un mi-temps pendant un trimestre,
• 10 points permettent d’obtenir un trimestre d’assurance vieillesse.
Les 20 premiers points inscrits sur le compte sont réservés à la formation professionnelle


7. FORFAIT JOUR CADRES :
La CFTC réclame un exemplaire de la convention forfait jour en relation à la réponse de janvier pour les cadres.

Réponse de l’employeur : Les salariés relevant du statut Cadre bénéficient dans leur contrat de travail d’une clause relative au forfait jours.

Les salariés au forfait doivent bénéficier d’un entretien de forfait au sens légal, obligatoire sur les aspects temps de travail, rémunération et équilibre vie privée au sens de l’article L3121-46 du CT.
La Direction Manpower à ce jour ne l’a pas intégré aux entretiens.
- La CFTC tient à faire remarquer que l’absence d’une telle obligation risque de mettre en danger la sécurité, la santé physique et mentale de cette catégorie de salariés, car souvent ils effectuent des heures supplémentaires sans avoir l’autonomie, les moyens pour organiser leur travail.
- La CFTC alerte la Direction que le temps de travail est un facteur de risque lorsqu’il entraine une difficulté de conciliation entre la vie personnelle et la vie professionnelle…
- La CFTC réclame :

  • Plus de vigilance dans l’organisation du travail
  • La récupération des heures supplémentaires
  • L’ouverture d’une négociation en vu d’un accord sur la prévention des risques psychosociaux

Réponse de l’employeur : Nous prenons bonne note de la remarque des élus.


8. CLASSIFICATION :
- Pourquoi la Direction refuse que des salariés passent du niveau C à E sous prétexte qu’il n’y a pas de besoin dans l’agence, alors que le salarié rempli toutes les conditions et il est référent sur le poste depuis longtemps ?
- Quels seraient les explications possibles ?
- La différence de salaire entre C et E, serait il un facteur déterminant ?
- Pourquoi les salariés ont été tous mis en C, au départ de la mise en place de la classification ?
La CFTC souligne que souvent les salariés qui ont été mis en C n’auront pas beaucoup d’opportunités d’évoluer car les prétextes avancés par les manageurs (N+1 et N+2) ne sont pas en phase avec la maîtrise et l’expertise du salarié.

Réponse de l’employeur : Le référentiel emploi et compétences 2016 précise les attendus de chacun des niveaux des emplois ; si un collaborateur a été évalué Référent en 2015 et qu’il est à nouveau évalué Référent en 2016, il devrait, au regard de sa performance globale et de sa maitrise des compétences accéder au niveau E. Nous ne reviendrons pas sur les modalités de transposition de la nouvelle classification en 2015 qui ont été largement présentée aux instances en son temps.


9. Sur le bulletin de salaire d’un Salarié Intérimaire, il est marqué" (en cotisations patronales) ALLOC.F+DIVPAT
- Pouvez-vous expliquer au Salarié Intérimaire à quoi correspond cette rubrique ?

Réponse de l’employeur : En plus des cotisations sociales versées par l’employeur, le salarié est soumis au versement de cotisations salariales. Le taux et l’assiette de ces cotisations varient en fonction des cotisations (ou contributions) concernées.

Un salarié élu ne comprend pas pourquoi le départ des virements des salaires intérimaires est prévu les 12 Janvier, Février, Avril, Mai ainsi que le 13 Juin. A notre connaissance les Salariés Intérimaires ne sont pas informés de la modification des dates de paie pour 2016 …..
.
Réponse de l’employeur : Le calendrier NPI a fait l’objet d’une information et a été communiqué aux membres du Comité Central d’Entreprise (CCE) en décembre dernier. En complément, ce dernier a été adressé aux Délégués du Personnel en janvier dernier


10. Concernant les salariés dont leur agence devient un espace Manpower rattaché à une autre entité et qui figure sur leur contrat :
‐ Les frais de déplacement des salariés de l’espace seront ils pris en charge ?
‐ Si oui pour combien de temps ?

Réponse de la Direction : Les dispositifs d’accompagnement figurent dans l’accord GPEC du 30.06.15, volet mobilité.


11. PROJET ENVERGURE :
Le projet Envergure avec une déclinaison 2016. Les consultations annuelles doivent respecter la procédure suivante :

  • Antériorité : correspond à une consultation avant toute mise en œuvre même partielle ou demande de positionnement d’un salarié avant information du CE sur le « Projet » en l’état,
  • Information précise et écrite : c’est-à-dire pour le Comité d’Etablissement (CE) des éléments écrits et précis sur la déclinaison de l’Etablissement Ouest et Secteur Pays de Loire ?

- Pourquoi à ce jour, ces éléments ne sont-ils pas respectés par la direction ?

Réponse de l’employeur : Il ne s’agit pas d’une question relevant de l’attribution des Délégués du Personnel.

Les Délégués du Personnel (DP) CFTC sont inquiets sur les impacts du déploiement d’envergure 2016 sur les conséquences de l’organisation du travail, les objectifs et les moyens des salariés ; alors que le diagnostique des années précédents n’a pas été fait de manière exhaustif et que la progression du PDM de Manpower par rapport aux autres ETT reste assez faible.
La Direction une fois de plus s’apprête à déployer pour la 3e année de suite le projet Envergure version 2016.
La CFTC trouve dommageable que ce projet qui marque un nouveau virage pour Manpower n’a pas été traité avec transparence et clarté. La Direction continue à avancer comme un rouleau compresseur en occultant le devenir des ses salariés.
Des exemples :

  • La mise en place d’une force opérationnelle de conquête alors que le système du variable pour une partie des commerciaux qui intégreront n’a été ni réfléchi, ni fait l’objet d’une consultation par les instances locales.
  • Le Pole Service Clients de Tours qui a été pilote ferme : activité transférée à Lyon et Bordeaux.
    - Que deviennent les salariés ?
  • A contrario de ce que vous laissiez croire aux instances, les salariés sont déjà au courant et ils attendent des réponses claires sur leur devenir. Il est question de la responsabilité de Manpower d’accompagner les salariés, mais que fait Manpower pour anticiper ces situations ?
  • Le seuil de déclenchement pour les primes des Centres de Gestion Administrative (CGA) a été modifié de manière encore plus inatteignable : il n’est pas sans conséquence sur la santé des salariés et pour le remplir, des heures supplémentaires sont nécessaires car les moyens humains ne sont pas là. Les élus CFTC ont par ailleurs déjà alerté plusieurs fois la Direction sur les moyens.
  • La réorganisation des portefeuilles des commerciaux est mal comprise à ce jour : cela démontre que les salariés manquent d’accompagnement, mais les informations que les manageurs donnent ne peuvent pas être claires car le projet Envergure 2016 présente à ce stade nombre d’incertitudes.
    La CFTC réclame plus de clarté et pour ce faire demande que la Direction mette en place rapidement le processus d’information consultation avec les Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) et les Comités d’Etablissement (CE), seuls à même d’appréhender de manière concrète la configuration locale et les moyens réellement existants. Qu’on arrête de pressurer nos collègues et qu’on leur donne des moyens humains, pas seulement des outils informatiques prétextant qu’ils amélioreraient le quotidien : la CFTC vous rappelle que le travail doit être adapté à l’homme et pas le contraire.
    Déjà en 2015 la CFTC avait exprimé, au travers de cette déclaration, des craintes et c’était aussi un moyen d’alerter la Direction du manque d’informations auprès des instances et auprès des salariés.

Réponse de l’employeur : Il ne s’agit pas d’une réclamation relevant de l’attribution des Délégués du Personnel.


12. Lundi 8 février 2016 au gouvernement était rediscuté avec les organisations syndicales et patronales, le Compte Personnel d’Activité - CPA regroupant, entre autres, le Compte Personnel de Formation (CPF) et le Compte Pénibilité.
- Qu’a donné cette négociation ?
Sachant que la CFTC, qui avait claqué la porte fin janvier en invoquant que : « Si le CPA n’intègre que le Compte pénibilité, il n’y a même pas à discuter », dixit Joseph Thouvenel.

Réponse de l’employeur : Il ne s’agit pas d’une question relevant de l’attribution des Délégués du Personnel.


13. PARTICIPATION 2015  :
Jean-François Denoy nous indique dans sa dernière intervention radio que 2015 a été une bonne année.
- Quel sera le montant moyen de la participation pour les Salariés Intérimaires ?
- Pour les Permanents ?
- Quand est prévu le versement de la participation 2015 aux bénéfices chez Manpower ?

Réponse de l’employeur : Il ne s’agit pas d’une question relevant de l’attribution des Délégués du Personnel.


14. La loi Macron exige que les Procès Verbaux des instances représentatives soient retranscrits dans un délai de 15 jours et diffusés, après approbation, auprès des salariés en respectant les obligations de confidentialité de certaines données.
Certains salariés nous alertent car ils entendent des bruits de couloirs sur les nouvelles organisations sans avoir aucune source factuelle, autre que celle de leur responsable hiérarchique à laquelle se référer alors que les élus ont été informés et consultés.
- Quel article de loi justifie que les salariés ne soient pas informés ou que cette information reste entre les mains de quelques élus ?

Réponse de l’employeur : Merci de préciser l’éventuelle situation visée afin qu’une réponse circonstanciée puisse être apportée.


15. La direction s’était engagée à ce que les Salariés Intérimaires élus soient prioritaires sur les propositions de missions. Nous vous demandons de nous informer sur :
- Combien de propositions de missions ont été faites à XXX et XXX depuis début 2016 ?
- Combien d’entrées/sorties du personnel intérimaire ont été notées sur leur agence de rattachement depuis début janvier 2016 ?
Merci de nous fournir un extrait du registre.

Réponse de l’employeur : De manière générale, l’entreprise s’efforce de respecter ses obligations en matière de priorité de mission, il n’y a pas lieu de faire un état des lieux exhaustif en la matière. Néanmoins nous vous confirmons que ces personnes ont été sollicitées par divers canaux par leurs agences respectives pour leur proposer des missions ou connaître leurs disponibilités en vue de leur faire des propositions.

Il a été mis à la disposition des Salariés Intérimaires élus, des enveloppes pré-timbrées pour adresser leurs notes de frais.
- Les permanents ne les ont pas reçues, quelles démarches doivent-ils effectuées pour avoir cette égalité de traitement ?

Réponse de l’employeur : La mise à disposition d’enveloppes pré-timbrées pour les salariés intérimaires élus a été prévu dans le cadre d’un groupe de travail Pôle Paie IRP (Institution Représentative du Personnel) en juillet 2015. Aucune démarche n’a été prévue pour les salariés permanents qui conservent la possibilité de transmettre leurs notes de frais via le courrier interne en agence.


16. En janvier la CFTC réclamait une explication sur portail Ressources Humaires - RH au niveau « du commentaire ».
Une salariée fait remarquer que les compléments d’information pour une absence dans la partie commentaire, le mois qui suit ne figure pas toujours.
La réponse de la Direction a été que seul le salarié pouvait procéder à une modification.
La salariée reste formelle : certains commentaires ne figurent plus sur le portail RH après la paye. Et si elle doit faire une saisie ou une modification après cette date, elle demande directement au service paye ou du Responsable des Ressources Humaines (RRH).
La CFTC rappelle qu’un salarié peut modifier le portail RH en cours de mois et non après le dernier jour de celui-ci. La CFTC n’incrimine personne, mais elle alerte la Direction sur une faille informatique et reste à disposition pour échanger.

Réponse de l’employeur : Nous prenons bonne note de la remontée des élus


17. Une société utilisatrice extérieure demande à faire un contrat pour un Salarié Intérimaire sur 5 jours (du lundi à vendredi). Dans les faits le Salarié Intérimaire travail 4 jours (9 heures/jour du lundi au jeudi) car le
jeudi soir l’EU quitte le chantier pour rentrer chez elle dans une autre région.
Le client déclare la différence, d’heures au‐delà des 8 heures journalières, à savoir 4 heures, sur le vendredi.
- Qu’arrive‐t‐il si le Salarié Intérimaire a un accident le vendredi ?
- Comment Manpower le déclare ?

Réponse de l’employeur : Le service concerné a été sollicité.


18. Merci de nous préciser la date du dernier Global Sales Day - GSD, sa finalité, les salariés concernés, l’organisation et le gain prévu pour les salariés ?

Réponse de l’employeur : Les GSD sont des journées de prospection par téléphone organisées au niveau des Directions Régionales (DR) , qui consiste à appeler un maximum d’entreprises de petites tailles pour d’une part pour valider le potentiel et détecter toutes opportunité de business , la dernière a eu lieu sur la DR le 4 février et la prochaine aura lieu le 10 Mars . Les appels sont passés depuis l’agence ou sur un point de centralisation et selon un ciblage et des modalités définies soit au niveau secteur soit directement au niveau agence.


19. 2 accidents graves dont un mortel ont eu lieu en 2015 chez un même client ;
- Quelles mesures concrètes ont été prises par Manpower pour aider les familles et empêcher que cela se reproduise ?

Réponse de l’employeur : Il ne s’agit pas d’une question relevant de l’attribution des Délégués du Personnel ; ce point est suivi dans le cadre du Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT). Nous tenions toutefois à préciser qu’il ne s’agit pas d’accidents du travail mortel et que ce point a été évoqué en réunion CHSCT Bretagne, Pays De la Loire extraordinaire du 28/01/16.