1. Un intérimaire a contacté la hotline pour se faire valider sa gratification anniversaire ses 5ans d’ancienneté. La hotline lui a répondu que la gratification est maintenue à 10 ans :
- Pourquoi cette réponse ?
- Est-ce un autre service qui gère la prime anniversaire ? Si oui, Qui ?
- Comment est calculée l’ancienneté des 5 ans ?
- Est-ce à la date d’immatriculation ou un nombre d’heures travaillées sur les 5 ans ?

Réponse de l’employeur : L’ancienneté est calculée sur la base des heures travaillées. En l’occurrence, 5 ans d’ancienneté correspondent à 8035 heures travaillées ; la date d’immatriculation n’a pas d’incidence.

Le versement de la gratification
- Quelle est la date d’effet ?
- À quelle date est-elle versée dans l’année d’anniversaire ?
- L’intérimaire doit-il être en poste à date du versement ?

Réponse de l’employeur : Les nouvelles règles « anniversaire » s’appliquent en cas de franchissement d’un seuil anniversaire, à partir des heures acquises sur le mois novembre 2018 saisies en décembre 2018. Le versement de la prime anniversaire a donc lieu sur la paie remise le 12 janvier 2019. Il n’y aura pas de rétroactivité.

Cas demande hors délai anniversaire
- Est-ce rétroactif pour ceux arrivant dans leur 6e année ?

Réponse de l’employeur : Il n’y a pas de rétroactivité prévue pour l’ensemble des seuils anniversaires, s’ils ont déjà été franchis.

Mode de calcul dans le cas d’un CDII
- Pour les intérimaires passés en CDII comment est fait le calcul ?
- Et vice versa si le CDII est passé en intérim, comment est calculée son ancienneté pour l’accès à sa gratification ?

Réponse de l’employeur : L’ancienneté est calculée sur la base du matricule. Peu importe si le salarié cumule un vécu d’intérimaire + d’intérimaire en CDII (ou vice versa), les anciennetés s’additionnent.

Comment bénéficier de cette gratification
- Quelle procédure doit suivre l’intérimaire pour la demander ?

Réponse de l’employeur : Aucune procédure n’est à suivre, le système calcule automatiquement les bénéficiaires.


2. L’affichage « numéros obligatoires » est souvent obsolète en agences (DIRECCTE, SST), nous vous demandons donc de réadresser aux agences de notre périmètre, cette affiche élaborée en couleur avec les bonnes coordonnées pour une meilleure visibilité.

Réponse de l’employeur : Le service RH s’est rapproché des agences fin octobre afin de mettre à jour l’affichage obligatoire. Néanmoins, au regard de la question posée par les délégués du personnel, une piqûre de rappel sera effectuée auprès de toutes les agences de la DR afin de s’assurer qu’elles soient en conformité avec « l’affichage obligatoire ».


3. Nous vous alertons aussi sur l’affichage des coordonnées des élus qui sont absentes ou non actualisées.

Réponse de l’employeur : Le service RH s’est rapproché des agences fin octobre afin de mettre à jour l’affichage obligatoire. Néanmoins, au regard de la question posée par les délégués du personnel, une piqûre de rappel sera effectuée auprès de toutes les agences de la DR afin de s’assurer qu’elles soient en conformité avec « l’affichage obligatoire ».


4. Il semblerait que dans l’espace ressource, 2 adresses postales peuvent désormais être saisies :
- Qui enregistre la 2e adresse éventuelle ?
- Quel est le but d’un éventuel deuxième enregistrement ?
- Cette information est-elle communiquée à l’extérieur de MPW ? Et à qui ? Auprès de quels organismes ?
- Laquelle des 2 adresses sera identifiée pour le justificatif de domicile ?
- De quelle adresse disposera le Centre des Impôts et/ou l’URSAFF ?

Réponse de l’employeur : cette adresse a été ajoutée dans le cadre de la mise en place du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.
Pour rappel, à compter du 01 janvier 2019, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu (P.A.S) s’appliquera à la rémunération des seuls résidents fiscaux français. Pour les résidents fiscaux étrangers, l’employeur doit opérer une retenue à la source (R.A.S) sur leur salaire, au titre de l’impôt sur le revenu, qui obéit à des calculs et des obligations différents du prélèvement à la source (P.A.S.).
C’est donc la résidence fiscale de l’intérimaire qui détermine les obligations sociales et fiscales de Manpower. Dans ce contexte, il convient de disposer pour chaque intérimaire d’une adresse postale et d’une adresse fiscale. La 2e saisie permet de saisir l’adresse fiscale du salarié intérimaire en complément de l’adresse postale.
Le justificatif de domicile identifiera le domicile postal.
Le justificatif de résidence fiscale (attestation fiscale) servira pour la résidence fiscale.
En tout état de cause, pour toute question relative au prélèvement à la source, il convient de contacter son centre des Impôts qui sera plus à même de répondre.
Différents supports sont disponibles via l’intranet Léo.


5. À plusieurs reprises, lors des différentes instances de représentation du personnel, nous avons alerté la direction sur les effectifs en diminution et impactant le travail. A cela, la Direction nous a assuré que la performance des outils informatiques améliorerait la qualité de travail. Nous vous demandons de nous faire un retour du nombre d’incidences informatiques auxquels ont été confrontés les salariés permanents ainsi que leur durée depuis janvier 2018.

Réponse de l’employeur : À fin Novembre 2018, le nombre d’incidents nationaux critiques a été de 22 pour les 11 premiers mois de l’année. Seulement 5 d’entre eux ont duré plus de 4h pour l’année 2018, alors que 9 incidents critiques avaient duré plus de 4h en 2017.
Un incident critique est l’indisponibilité d’un service classé comme critique pour le business de Manpower (c’est le cas d’environ une quinzaine de services sur les 110 services que la DSI délivre chaque jour) ; l’impact est national et touche presque tous les collaborateurs du réseau commercial ou des centres de services.
Exemple de services critiques : Portail Agence, Espace Commande, Espace Ressource, Téléphonie fixe
L’autre type d’incident est l’indisponibilité d’un service non critique pour le business de Manpower (il y a un impact, mais limité car le nombre d’utilisateurs concernés est faible ou l’absence du service pendant quelques heures est contournable).
En 2018, nous avons rencontré 61 incidents de cette nature.
Exemple de services moins critiques : Portail RH, Notilus, Ciris


6. Durant combien de mois après le départ à la retraite, l’ancien salarié peut-il bénéficier des remboursements de soins santé ?

Réponse de l’employeur : Dans le cadre d’un départ à la retraite, l’ancien salarié dispose d’un délai de 6 mois à compter de la date de son départ pour accepter l’offre de maintien des garanties. La souscription à cette offre de couverture n’est pas gratuite. Cette couverture après un départ en retraite est une adhésion individuelle, elle dure tant que le retraité souhaite la conserver.
Toutes les informations sont disponibles dans Léo, rubrique Mutuelle et Prévoyance.


7. La personne en contrat pro étant en poste sur l’implant MOS A. au Cellier, a terminé son contrat à la fin novembre :
- Y-a-t-il un remplacement pérenne de prévu ?
- Si oui le salarié concerné a-t-il été prévenu ?
- Cela va-t-il avoir un impact sur les congés posés dans les délais ?

Réponse de l’employeur : Nous réitérons notre réponse du mois dernier. Il ne s’agit pas d’un contrat pro mais d’une salariée en CDD dont le contrat se termine le 30/11. A ce stade, le MOS est suspendu pour le mois de décembre ad-minima, il n’y a donc pas d’impact sur les congés. Il est prévu un nouveau CDD à compter du mois de janvier.


8. Bulletin de salaire, plus de conversation en agence pour rééditer les bulletins de paie, quid des intérimaires n’ayant pas d’outils informatiques et demandant aux permanents jusqu’à présent en agence d’éditer leur bulletin ?

Réponse de l’employeur : La Hotline intérimaire fournit déjà ce service. Nous remontons les inquiétudes formulées en réunion concernant la charge de travail de la hotline.


9. Je ne suis plus intérimaire et plus en recherche d’emploi et j’ai placé à 80 % mon compte épargne temps (CET) depuis août 2017. A ce jour, je n’ai plus de document concernant le CET et plus aucune modalité quant au fonctionnement de celui-ci :
- Pendant combien de temps sont conservés mes avoirs ?
- Quelles sont les modalités pour demander le solde ou pas n’ayant plus accès à
mon compte « Mon Manpower » ?
- Est-il possible d’avoir un décompte de mes acquis ? A ce jour, personne n’est pas en capacité de me répondre, la hotline m’ayant redirigée vers l’agence.
- Qui est l’interlocuteur pour ce sujet ?
- Comment les agences qui sont l’interlocuteur des intérimaires sont-elles informées du process ?

Réponse de l’employeur : Tout salarié avec n’ayant pas atteint 24 mois d’inactivité avec Manpower peut se connecter à son compte Mon Manpower et donc avoir accès à son CET.


10. L’information transmise au réseau et aux représentants du personnel a été de dire que le déblocage du CET était automatique au bout de 6 mois sans qu’ils n’aient rien à faire informatiquement ce qui serait erroné.

Réponse de l’employeur : C’est faux cette condition a été annulée à la demande des représentants du personnel depuis Juin 2017.


11. Quelle communication est-il prévu afin d’informer des intérimaires ne travaillant plus avec Manpower qu’ils ont un placement CET s’ils ne se manifestent pas au-delà de 6 mois (s’ils oublient) qu’ils ont placé ?

Réponse de l’employeur : Voir réponse précédente.
----

12. Y a-t-il une période maximale après la fin de la dernière mission pour laisser le placement du CET ?

Réponse de l’employeur : Selon l’avenant N°3 à l’accord CET du 23 novembre 2018, Non pas de date maximale si le SI ne reste pas plus de 24 mois sans activité avec Manpower. Au-delà et ce dans le cadre du nouvel accord CET son placement lui sera versé automatiquement.


13. Un intérimaire qui n’a pas travaillé depuis + de 2 ans avec Manpower peut-il avoir accès à son compte Mon Manpower ? Si non, comment peut-il consulter son placement et débloquer le CET ?

Réponse de l’employeur : Non s’il est resté plus de 24 mois sans activité son compte a été purgé informatiquement. Il faut qu’il le signale à son agence et remontera ce cas pour traitement aux services centraux du siège qui débloqueront alors son CET.