1.
- Merci de nous communiquer la liste des personnes embauchées en 1995 ?

Réponse de la Direction : Cette question n’est pas de la compétence des délégués du personnel. L’ensemble des éléments relatifs à la situation de l’emploi est communiqué trimestriellement au Comité d’établissement.


2.
- Pouvez-vous nous donner le % de turn-over des permanents Manpower sur le secteur Sarthe Mayenne pour l’année 2006 ?

Réponse de la Direction : Cette question appelle la même réponse que celle formulée à la question 1.


3. Vous nous aviez promis de nous transmettre le tableau récapitulatif des remboursements permanents et intérimaires selon les différentes situations de formations.
- Pourriez-vous nous les adresser ?

Réponse de la Direction : Nous avons déjà communiqué, à l’occasion de précédentes réunions des délégués du personnel, l’ensemble des éléments relatifs aux remboursements de frais. Un tableau récapitulatif en sera réalisé, sitôt que certains détails techniques, relatifs notamment au remboursement des frais annexes liés aux formations des intérimaires, auront été levés.


4.
- Comment se fait-il qu’en date du 26 février 2007, nous n’ayons pas la réponse à nos questions de janvier ?

Réponse de la Direction : Des retards dans les envois ont pu être générés du fait des congés qui se sont succédés sur tout le mois de février.


5. Les permanents se plaignent de l’opacité de l’utilisation de leur DIF droit individuel à la formation.
- Pourriez-vous afin d’ôter toutes interprétations erronées, nous adresser : le nombre de permanents ayant bénéficié d’un DIF durant l’année 2006.
- Combien en avait fait la demande lors de leur entretien annuel et combien ont été accordés ?

Réponse de la Direction : Cette question n’entre pas dans le champ de compétence des délégués du personnel. Nous précisons toutefois que les éléments relatifs à la formation professionnelle sont remis au Comité d’établissement, en particulier lors des réunions consacrées à ce thème et lors de l’examen du bilan social de l’établissement.
Nous rappelons enfin que les salariés permanents peuvent trouver tout renseignement utile relatif au DIF, d’une part dans l’intranet Léo, d’autre pat auprès du service RH de la DO.


6. Vous nous avez informé que les agences « diversité » étaient au stade de l’expérimentation.
- Quel est le délai prévu pour cette phase d’expérimentation ?

Réponse de la Direction : Cette question n’entre pas dans le champ de compétence des délégués du personnel.


7. Il semblerait qu’un objectif de 95% ait été fixé aux agences sur le mode de paiement par virement des paies intérimaires.
- Qu’arrivera-t-il aux agences n’atteignant pas cet objectif ?
- Quelle va être leur priorité entre détacher du personnel et le moyen de paiement ?
- Quelle sanction pour le permanent et pour l’intérimaire ?
- Trouvez-vous que le message diffusé auprès des intérimaires est cohérent « pas de virement, pas de travail » ?
- Quelle est l’image que Manpower veut donner ?

Réponse de la Direction : Cette question n’entre pas dans le champ de compétence des délégués du personnel.
Nous précisons toutefois que la promotion du virement s’inscrit dans une démarche de simplification des traitements de la paie, dans l’intérêt des intérimaires concernés. Le virement est un moyen moderne de paiement, présentant de nombreux avantages pour le salarié, notamment en matière de rapidité et de sécurité.
Enfin nous démentons formellement le message que vous attribuez à l’entreprise et rappelons que le premier critère de détachement retenu reste la compétence.


8.
- Cela vous semble-t-il normal qu’un directeur de secteur utilise le repas de TPA pour faire passer ce message : « les élus du CE n’ont rien fait pour le cadeau de Noël, voter utile et en changement » ?
- La Direction va-t-elle comme à chaque élection cautionner les agissements de ces directeur de secteur ?

Réponse de la Direction : Le principe posé par la Direction vis-à-vis de l’ensemble des hiérarchiques, notamment en période d’élections professionnelles, est celui de la plus stricte neutralité.


9.
- Comment appelez-vous le fait qu’une CDD soit sollicitée pour accompagner des intérimaires à participer au repas de partenariat, alors que le permanent en CDI depuis plusieurs années n’a même pas été informé ?

Réponse de la Direction : Le type de contrat du salarié, CDD ou CDI, n’entre pas en ligne de compte, pas plus que l’ancienneté, de la part du hiérarchique au moment de faire le choix du participant de l’agence à une quelconque manifestation intérimaire.


10.
- Lorsqu’il y a un délai d’attente en hot-line et que l’intérimaire revient vers son agence, l’assistante d’agence est-elle habilitée à faire la demande de recherche auprès du CTA au nom de l’intérimaire ?

Réponse de la Direction : La responsabilité de la hot-line est d’apporter les éléments de réponse aux questions de paie posées par les intérimaires. Cette réponse doit être rapide et pertinente. Toute démarche de la part d’assistantes d’agence visant à accélérer le traitement de la demande est bienvenue, sous réserve de ne pas apporter de perturbation à l’organisation du CTA.


11.
- Un salarié en CDD a-t-il le droit de prendre ses congés payés si cette période de CDD excède 1 an ?

Réponse de la Direction : La période de référence pour l’acquisition et la pose des congés payés est identique indifféremment du type de contrat du salarié. Le salarié ayant acquis des congés doit donc les prendre.


12. Monsieur le RRH, vous vous étiez engagé à prendre contact avec toutes les personnes donnant leur démission afin de connaître le motif de leur départ.
- Pourquoi cela n’est toujours pas fait ?
- Une assistante RRH peut elle juger d’une situation et faire barrage lors d’une demande express d’entretien ?
- Pourquoi un commercial ne peut-il pas informer ses clients de son départ comme font beaucoup d’entreprises ?

Réponse de la Direction : Conformément à nos engagements, un contact RH est nécessairement organisé, à tout le moins téléphoniquement, entre le RRRH ou le RRH et les personnes démissionnaires. Ce contact n’est nécessairement organisé avant la fin du préavis mais peut intervenir après que le salarié ait quitté l’entreprise, ce qui permet souvent un échange plus riche, la personne ayant pris un plus grand recul par rapport à sa décision.