1. Sécurité dans les agences : Lors des dernières réunions, vous nous avez fait part des dispositions spécifiques suite aux différents problèmes de sécurité des agences de Montdidier et de Vitry le François.
- Pouvez-vous nous dresser un bilan détaillé de l’application de ces mesures mises en place à ce jour ?
- De quels moyens dispose un responsable d’agence lorsqu’une situation identique aux agences citées ci-dessus se présente ?
- Quelle procédure doivent suivre les collaborateurs dans un cas semblable ?

Réponse de la Direction : Montdidier : le second devis attendu étant arrivé, la pose sera faite à priori courant octobre. La solution choisie sera probablement un store à lamelles. Par ailleurs, la gendarmerie et la police municipale passent régulièrement et entrent dans l’agence. Les collaboratrices de l’agence disent se sentir beaucoup plus en sécurité dorénavant. Enfin, le stage « Accueil en situation difficile » a démarré comme prévu pour ces dernières.
Vitry Le François : la gendarmerie passe de temps en temps et le stage « Accueil en situation difficile » a été fait. En revanche, l’agence rencontre des difficultés pour obtenir un devis du seul serrurier de Vitry pour la pose d’une gâche électrique. Nous étudions la possibilité d’une prestation groupée avec l’agence de Châlons. Par ailleurs, l’agence a mis en place un accord « d’alerte » avec les autres agences de travail temporaire de Vitry, qui se préviennent mutuellement si une agression a eu lieu ce qui permet aux autres agences de fermer préventivement leur porte.
Moyens à disposition et conduite à tenir en cas d’agression : il est difficile de répondre sur un plan général à cette question car les moyens mis en œuvre dépendent du type d’agression (verbale, physique, matérielle), de sa gravité, et de l’impact psychologique sur le personnel de l’agence.
Dans la pratique, la procédure en cas d’agression existe mais les moyens mis en œuvre sont examinés au cas par cas en fonction du contexte : - En cas d’agression uniquement matérielle, le service juridique du siège est à la disposition des agences. Une main courante ou une plainte peuvent être déposées à la Police ou la Gendarmerie. - En cas de menaces verbales, un signalement à la Police ou à la Gendarmerie est conseillé. - En cas d’agression physique, il convient de prévenir sa hiérarchie, le RRH, de porter plainte à la Police ou à la Gendarmerie. Il est aussi nécessaire de se rendre à l’hôpital pour un examen et d’établir une déclaration d’accident du travail.


2. Poste attaché(e) de clientèle : Quelques assistant(e)s d’agence se sont vue promus (es) d’office « attaché(e) de clientèle ».
- Sur quels critères la Direction a fait son choix ?
- La Direction s’est-elle entretenue avec les intéressés (es) avant de prendre une quelconque décision ?
- Combien d’assistants (es) ont bénéficié de cette promotion sur la DO ?
- Quelles sont les agences concernées ?

Réponse de la Direction : Comme vous pouvez le lire en détail dans Léo (il y a même une annonce flash actuellement), le poste en question correspond à l’engagement de la Direction de créer un « cursus » Assistante d’Agence qui entérine l’existence de niveaux d’expertise différents sur cette même fonction. Un référentiel a été publié en conséquence. Comme nous vous l’avons expliqué lors de notre réunion du 27 juillet dernier, les promotions qui ont eu lieu en juillet dernier ont été décidées avec la hiérarchie après un examen des compétences constatées, en référence aux critères définis dans le référentiel.


3. Agence de Granvilliers : constat Lors de la réunion du 27 juillet dernier, vous nous avez précisé « qu’habituellement » cette agence fonctionne avec un responsable d’agence, une assistante d’agence et un contrat de qualification. Cependant nous constatons qu’en réalité et ce, depuis janvier 2004, qu’elle fonctionne qu’avec une assistante d’agence et un contrat de qualification présent une semaine sur deux du fait de ses cours. De même que vous aviez confirmé qu’en l’absence de l’assistante d’agence (en arrêt maladie mais initialement prévue en congés payés) vous aviez décidé de détacher, provisoirement, la commerciale de l’agence de Beauvais, à l’agence de Grandvilliers. Mais une nouvelle fois nous avons constaté qu’elle n’a jamais été détachée physiquement sur cette agence mais a simplement géré les tâches administratives à partir de son agence de rattachement (Beauvais). Ce qui a entraîné la fermeture de l’agence de Grandvilliers et le mécontentement de quelques collaborateurs intérimaires et clients comme « Lin 2000, SANA France, TPE ».
Pour rappel, en sem.29 Maryse, l’assistante d’agence, absente pour maladie ainsi que Julien, en contrat de qualification, absent en raison de ses cours d’école, en sem.30 et 31 Julien était seul à l’agence aidé partiellement par l’agence de Beauvais et en sem.32 c’est la responsable d’agence de Beauvais, qui a assuré l’ouverture de l’agence de Grandvilliers suite au refus dune A.A.de déplacer ces heures de délégation à la place de ses congés payés (à la demande de sa responsable). Nous sommes donc forcés de constater que d’une situation provisoire cela dure depuis janvier 2004 et que vos différentes affirmations lors de précédentes réunions sont différentes de la réalité.
- Pouvez-vous nous donner quelques explications ?
Les délégués du personnel CFTC tiennent également à rappeler à la Direction qu’ils se font un point d’honneur à être précis dans l’énoncé des faits qui leur sont retranscrits. En effet nous vous précisons concernant la question sur les appels téléphoniques de la plate-forme mise en place cet été, que nous n’avons jamais affirmé que l’agence de Grandvilliers devait gérer ces appels, cette question ne concernait que l’agence de Beauvais Industrie/Mécanique. Nous réaffirmons contrairement à la réponse de la Direction que l’agence de Beauvais a bien supporté certains appels, en autre les appels du correspondant ANPE qui régulièrement se trompait de numéro et provoquant ainsi une surcharge de travail pour les collaborateurs de l’agence commerciale.

Réponse de la Direction : Comme nous vous l’avons indiqué, une nouvelle Responsable d’Agence arrivera début novembre. En attendant, différents collaborateurs de Beauvais continuent de se relayer pour aider Grandvilliers de différentes façons, à l’exception d’Emmanuelle Guillotte qui a indiqué ne plus souhaiter le faire. Nous sommes conscients des difficultés que traverse cette agence depuis plusieurs mois et partageons vos préoccupations sur ce sujet. Sur l’initiative de la personne, qui dirige le secteur dorénavant, une Assistante du secteur Picardie Centre va venir aider l’agence en octobre. Plate-forme phoning été : Par soucis de précision, nous vous rappelons la formulation de votre question de la réunion du 27 juillet dernier : « De plus, l’agence de Beauvais Industrie/Méca vient en aide à l’agence de Grandvilliers qui supporte également les appels téléphoniques de la plate-forme... » La formulation de votre question indiquait clairement que l’agence de Grandvilliers supportait ces appels, ce qui n’était pas le cas en réalité. Notre réponse correspondait donc à la formulation de votre question. Quant au fait qu’en dépit d’une équipe dédiée et d’un numéro spécifique (3620), quelques appels aient pu par erreur arriver à l’agence de Beauvais Industrie/Méca., nous en sommes sincèrement désolés.
Nous tenons néanmoins à signaler que de telles erreurs « d’aiguillage » téléphonique arrivent parfois dans les agences, sans constituer pour autant un sujet de polémique.